Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

10 juillet 2006 1 10 /07 /juillet /2006 09:59
PILE, JE NE CHANGE PAS, FACE JE RESTE LE MÊME…

Il y a un peu plus de 60 ans, le 30 avril 1945, Adolf Hitler se donnait la mort dans son bunker, alors que l'Armée rouge portait l'estocade finale contre Berlin. Une offensive qui annonçait la fin de la Seconde Guerre mondiale en Europe. Pour l’histoire, c’est la fin de l’un des dictateurs les plus sanglants que la Terre ait portée. Pour l’histoire terrestre en tout cas… Car s’il existe un au-delà, qu’a-t-il pu faire de cet encombrant personnage ?


La compagnie Manuel Pratt nous propose une version très personnelle de cet « après ». Au bout de soixante et une années de purgatoire, Hitler doit enfin passer en conseil. Pour savoir le sort que lui réserve le « Patron ». Pardon ou punition, Enfer ou seconde chance ? La décision est du ressort de Ruth Goldberg, fille de rabbin, droite, prête au pardon. A condition qu’Adolf renie Hitler… L’occasion pour Pratt de nous dresser un portrait évidemment sans complaisance, mais non sans humour, d’Hitler. Un Hitler ridicule, pitoyable, mesquin, arriviste, roublard. Pathétique. Un Hitler manipulateur à la subtilité d’un troupeau d’éléphant mais qui retombe toujours sur ses pattes… au prix d’acrobaties verbales souvent drôles. Une parodie adroitement menée et qui permet de rire – la chose est suffisamment surprenante pour être mentionnée, vu le thème de la pièce – sans mauvaise conscience. Car le propos n’est jamais mal placé. L’humour distancié et le second degré permettant de mieux dénoncer les travers de notre monde. Celui de 2006, avec ses extrémismes de tous poils, ses politiciens, ses pollueurs, ses profiteurs… Quelques coups de gueule sur les Etats-Unis, quelques sursauts de cynisme parfois (chassez le Pratt, il revient au galop), quelques piques en passant sur l’intolérance en général et l’antisémitisme en particulier…

L’ensemble est, comme habituellement avec Manuel Pratt, admirablement écrit. La plume acérée de l’humoriste est adoucie par rapport aux textes de ses one-man-shows mais l’esprit reste le même. Moins corrosif mais tout aussi décapant. Moins impudent mais toujours insolent. Moins dérangeant mais tout aussi drôle. Un théâtre citoyen, qui porte haut l’oriflamme de la tolérance. Un théâtre de qualité, qui ne cède pas le talent à l’engagement. Un théâtre d’humour pour mieux dire nos faiblesses. Un théâtre rare. A défendre. Haut et fort.

Karine PROST
www.ruedutheatre.info

Adolf et Ruth, de Manuel Pratt
Avec : Corinne Casabo et Manuel Pratt

Festival Off Avignon – Théâtre de la Tache d’Encre
Réservation : 04.90.85.97.13
Du 6 au 30 juillet à 11h00

> Visiter le blog de Manuel Pratt.

Partager cet article

Repost 0
Published by Karine PROST - dans Festival Off 2006
commenter cet article

commentaires

Mireille Bastard 16/07/2006 17:37

Je lis toujours vos critiques avec plaisir..
J'ai vu "Adolf et Ruth "de et avec Manuel Pratt.. et j'ai eu la chance d'entendre parler alors, de "La boue" de Manuel Pratt , interprété par Corinne Casabo, spectacle pour lequel je n'avais vu aucune publicité.
Bien sûr, le thème des camps de concentration n'est pas très attirant pour la majorité des gens...
Mais, allez-y, (salle Rouquille, à 16h.).
Allez-y si vous ne savez pas, c'est extrêmement précis et documenté. Allez-y, même si vous savez, pour le texte qui parle de tout avec une telle pudeur, pour l' interprétation...Je ne trouve pas les mots! Ca aurait pu être "patos" ou grand guignolesque... C'est simple, simple comme une vie... une vie pas tout à fait comme les autres, mais une vie qui a été plus longue que celles de beaucoup de femmes du camp.
Ce n'est pas seulement le devoir de mémoire qui doit vous pousser à aller voir ce sepctacle (quel mot pour un sujet si ...), pas seulement la beauté du texte ou le jeu de la comédienne qui s'ouvre à nous "parce qu'elle ne nous connait pas" et qui devient si proche... tout le "côté théâtre"; ce sont aussi les petites phrases qui font réfléchir "les nazis avaient gagné, nous étions devenus comme eux..."," les camps ne sont pas arrivés d'un seul coup... il y a eu les humiliations, les interdictions, les lois,... on a rien vu venir" (je cite de mémoire)... Tout ce qui fait qu'une fois le spectacle terminé, on n'a pas envie d'applaudir... On le fait, par respect pour la comèdienne, parce que c'est l'habitude... On n'a pas vraiment pleuré... On est K.O....et le petit thé, si aimablement offert à la sortie, est vraiment le bienvenu! Il nous laisse le temps de nous ressaisir.
Une heure et quart environ, à cotoyer l'horreur, mais aussi la solidarité, l'amour, l'humain digne ou ignoble... calmement, parce que ça a été tout simplement comme ça...Une heure qui reste dans la mémoire, un regard, un sourire pâle, un geste, une phrase... qui vous reviennent encore à l'esprit, le lendemain...Et puis, les questions: qu'aurais-je fait à leur place... serais-je assez vigilante pour que ça ne se reproduise pas?
Je n'ai vu pour le moment , que 9 spectacles.
C'est celui-là qu'il faut absolument voir.

APRIN 11/07/2006 22:00

J'ai vu bon nombre de pièces de Manuel Pratt,ses one-man show  acides et corrosifs auxquels l'on rit aux éclats,ainsi que des pièces beaucoup plus personnelles traitant du racisme,de l'intolérance et qui nous font  plus réfléchir sur la condition humaine.Dans les deux cas le talent de M.Pratt est immense.Cet homme sait nous faire rire aussi bien qu'il sait  nous émouvoir .Merci Madame Karine Prost pour ce bel article qui donnera envie ,j'espère, au plus grand nombre d'aller découvrir le travail de M..Pratt sur scène! Un talent pur.

Chronique Fraîche