Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

10 juillet 2006 1 10 /07 /juillet /2006 19:23
ETRES RADIOACTIFS

Sur la scène, des êtres qui passent, puis s’arrêtent comme figés par le temps. Pris dans une forme de catharsis collective, ls vont tour à tour expier l’horreur, l’inhumain. Des témoignages crus et sensibles à la fois, imagés et aux détails ciselés, s’offrent à nous sous forme de fragments de vies brisées… irréparables. Tchernobyl (accident nucléaire survenu le 19 avril 1986) se dessine comme une tragédie moderne, et on pénètre dans l’intime quotidien de ces hommes et femmes soudainement percutés par la catastrophe. Des êtres déracinés, anéantis qui parlent sans tabous de leur Tchernobyl. Cette tragédie humaine sans nom est ici vue au microscope de l’individu qui réouvre ses plaies pour se livrer aux regards extérieurs. Ceux que la mort a épargnés l’ont quand même vue rôder au-dessus de leurs têtes. Et si ils y ont échappés, ils restent à jamais des pestiférés, condamnés à n’être nulle part chez eux et partout montrés du doigt.

La Supplication, texte de Svetlana Alexievitch, résonne avec un réalisme saisissant. Il est porté par une troupe d’acteurs dont chacun ajoute son fragment de vie tel une pièce du puzzle. Celui-ci se construit pas à pas entre naïveté bafouée et douleur proche de la déraison. A la question « Qui sont les coupables ? », s’ensuit une interrogation bien plus terrible « Comment vivre à présent ? ».

La mise en scène de Paul Sciangula joue avec l’idée de la tragédie moderne en utilisant la forme du chœur grec pour présenter les personnages. Portant des masques le temps d’une scène, comme transfigurés par l’horreur et proches de la folie, les acteurs reprennent figure humaine pour crier leur colère. La voix en fond mêle les chants russes et français. Elle ponctue la pièce et accentue l’intimité installée dans la salle. La Supplication est une pièce nécessaire, forte et pudique. Elle éclaire sur la noirceur de l’être humain, son absence de conscience et sur l’impossibilité de faire comme si de rien était.

Anne CLAUSSE
www.ruedutheatre.info

La Supplication, de Svetlana Alexievitch
Mise en scène Paul Sciangula
Avec : Vincent Melquiond, Nicole Proust, Marie-Claude Simon, Yves Grelin, Hervé Mercier, Rachel Rochat-Mano, Nathalie Burlat.
Voix : Patricia Hermitte, M.B Carpaye

Festival Off Avignon
La Tâche d’Encre - 1, rue tarasque – 04 90 85 97 13 Du 9 au 16 juillet – 10h30
Tarifs : 13/10€

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne CLAUSSE - dans Festival Off 2006
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche