Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

23 juin 2009 2 23 /06 /juin /2009 01:26
UN DÉLICE DE MALICE

Il nous avait enchantés la saison passée avec Maître Puntila et son valet Matti, il nous laisse ébahis cette année par ses Fourberies de Scapin. Invité au Théâtre de la Croix-Rousse pour la deuxième année consécutive, Omar Porras revient plus diligent que jamais, accompagné de sa troupe rocambolesque, pour nous offrir un tour de passe-passe dont lui seul a le secret. Gran-diose !

Comme pour sa précédente création, le metteur en scène Omar Porras s’intéresse à la figure du va-let. Ce n’est plus le Matti de Brecht mais le Scapin de Molière qui se trouve érigé en symbole de ruse et de perfidie, en véritable maître. Mais est-il encore besoin de présenter ce héros moliéresque qui va tout mettre en œuvre pour couvrir les tribulations amoureuses de ses maîtres en usurpant leurs géniteurs respectifs par les plus subtiles fantaisies ?


Souvenons-nous qu’Octave, en l’absence de son père Argante, tombe amoureux de Hyacinthe, une jeune fille éplorée, et l’épouse. Mais apprenant le retour anticipé de son père, revenu pour le marier à la fille de son ami Géronte, il craint soudain que cette union ne provoque les foudres paternelles. Il s’empresse alors de demander secours à Scapin, valet habile et malin de son ami Léandre.

Léandre, lui-même fils de Géronte, s’est de son côté, épris de Zerbinette, une jeune esclave égyp-tienne dont la liberté dépend du versement d’une rançon. Il s’en remet donc lui aussi à son serviteur pour parvenir à soutirer la somme nécessaire à sa mère. Argante et Géronte, déjà prêts à punir la mauvaise conduite de leurs fils respectifs, vont pourtant succomber aux duperies de Scapin, ces cé-lèbres fourberies dont on ne se lasse pas de rire.

Quand Molière rencontre Porras…

… Le classicisme croise les années folles, la maison bourgeoise devient troquet populaire, les co-quetteries frôlent la bouffonnerie. Certes Molière fait de ses “Fourberies” une pièce populaire, pro-che de la comédie italienne, mais Porras en exagère encore le côté ridicule si cher à la commedia dell’arte, pour se moquer néanmoins, non pas du valet mais bel et bien du bourgeois.

Comme à son habitude, Porras parvient à transposer l'œuvre originale dans un contexte et un uni-vers insolites sans toutefois en perdre le sens et le message. Les personnages, affublés de masques aux traits caricaturaux, traversés de contorsions et spasmes en tout genre, n’ont plus rien de la pres-tance inhérente à la condition bourgeoise. De même, la langue stylisée de Molière se pare d’un na-turel nouveau, d’une spontanéité qui va de pair avec l'attitude grotesque et pègre que Porras assigne à ses protagonistes. Le tout s’accorde merveilleusement bien et l’on ne cesse de se laisser surpren-dre par les comportements clownesques et les multiples plaisanteries qui ponctuent la représenta-tion, dans une dynamique et une énergie euphorisantes.

Le formidable jeu des comédiens se trouve soutenu par une scénographie minutieusement agencée, où toujours, le regard est happé par un détail et l’attention ainsi maintenue. Dans la troupe du Teatro Malandro, chaque rôle, chaque geste a son importance et apporte sa pierre à l’édifice d’un théâtre éblouissant, inventif et riche de sens.


Anne CARRON (Lyon)

Les Fourberies de Scapin, de Molière

Mise en scène Omar Porras
Assisté de Bérangère Gros
Adaptation et dramaturgie : Marco Sabbatini et Omar Porras,
Avec Julie Biereye, Sophie Botte, Olivia Dalric, Peggy Dias, Karl Eberhard, Alexandre Ethève, Paul Jeanson, Lionel Lingelser, Richard Sandra
Scénographie : Fredy Porras
Musique : Erick Bongcam et Omar Porras
Son : Emmanuel Nappey et Erick Bongcam
Création lumière : Mathias Roche
Création costumes : Coralie Sanvoisin, assistée par Peggy Sturm,
Couturière : Irène Schlatter
Masques et postiches : Cécile Kretschmar

Vu en juin 2009 au Théâtre de la Croix-Rousse, place Joannès Ambre 69317 Lyon Cedex 04
Tél : 04 72 07 49 49 / www.croix-rousse.com

Photo © DR

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne CARRON - dans En Région 2008-09
commenter cet article

commentaires

Luna 20/04/2011 14:33



Une pièce qui vaut le coup d'être découverte, ce serait vraiment dommage de passer à côté :)
Je viens d'ailleurs de poster ma critique sur "Les Fourberies de Scapin" de Molière sur mon blog...

Joli article, je reviendrais ;)
Bonne continuation !!



Chronique Fraîche