Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

26 juin 2009 5 26 /06 /juin /2009 01:26
DESIRS DE THEATRE

Jusqu'au 28 juin prochain le Théâtre de la Bastille accueille TRANS. Une programmation faite de désirs et de découvertes, qui pose le plaisir comme nécessité d'échange entre artistes et publics.

Après avoir vu le jour en 2006 au Théâtre du Chaudron à la Cartoucherie de Vincennes, TRANS renaît dans les murs cette fois du Théâtre de la Bastille à Paris. Le directeur du lieu Jean-Marie Hordé et son équipe ouvrent grand leurs portes à cette orchestration envahissante composée par Jean-Michel Rabeux et Clara Rousseau. Et à vue de nez, TRANS pourrait apparaître comme un festival, à l'image de ceux initiés par nombre d'institutions théâtrales. La manifestation en épouse d'ailleurs certains contours : durée limitée (15 jours), succession de spectacles dans la même soirée, pluridisciplinarité, « soirées spéciales » (NuitTransErotic), temps de rencontres. Pourtant, les deux directeurs en refusent l'étiquette, expliquant que TRANS « ne cherche pas les spectacles, il les attend. (...)

TRANS n'est donc pas un festival, c'est une intermittence. Il ne produit pas. Il n'en a pas du tout les moyens. Il patiente. » On saisit alors que la différence se situe non dans la forme, mais dans l'objet même, et dans la temporalité qu'il produit. Né du désir de la compagnie de soutenir de jeunes metteurs en scène, TRANS vit d'abord sous la forme d'un collectif. En tant que tel, il accompagne durant trois ans de jeunes artistes, et c'est au sein de cet espace amical, que « l'intermittence » proposée à la Bastille s'inscrit. Un temps donné à eux, créateur, et à nous, publics, pour nous rencontrer autour des onze spectacles et autres rendez-vous réunis.

Blanche-Neige , conte grinçant

Mis en scène par Sylvie Reteuna d'après le texte de l'auteur suisse Robert Walser, Blanche-Neige raconte, dans une création à l'atmosphère étrange, une suite possible au conte. Là, Blanche-Neige a déjà échappé au chasseur, et il ne s'agirait plus pour elle que de s'unir au prince. Sauf que les rapports entre les quatre protagonistes (la Reine, le chasseur, Blanche-Neige et le prince) sont complexes, ambigus, faits de rancœur et de passions, et le désir ne se trouve pas nécessairement où il devrait être.


Dans un décor simple, constitué pour l'essentiel d'un drap permettant projections et jeux d'ombres, d'un fauteuil et du tombeau de la bien-vivante princesse, les personnages évoluent comme des figures stylisées. Leur jeu outré, marqué par l'accentuation permanente de leur diction nous rappelle s'il était besoin leur appartenance à un conte populaire. Au cœur de cette scénographie à la blancheur immaculée, dont la pureté glaciale balance entre horreur et merveilleux, les comédiens deviennent parfois grotesques et bouffons. Leurs mines composées et leur élocution empesée produisent une drôle de distance. Mais ce décalage persistant, induit par le frottement des différents codes trouble plus qu'il ne sert l'ensemble, auquel on peine parfois à adhérer. Et à l'image de l'ambiguïté du texte de Walser, la mise en scène de Reteuna, en convoquant grotesque et merveilleux, blancheur éthérée et dérision, installe une forme d'instabilité. Des frictions pas toujours efficaces, mais indéniablement marquées par la fascination qu'exerce la figure de l'auteur Walser sur la metteur en scène.


Un Striptease à l'énergie charnelle

Écrit et mis en scène par Cédric Orain, Striptease risque de marquer les mémoires. Car dans la salle du haut du Théâtre de la Bastille, et avec pour tout décor un portant et quelques robes, un tabouret, une barre et un micro, c'est à un véritable striptease que se livre Céline Milliat-Baumgartner. En bonne et due forme. Arrivant sur scène vêtue d'une moulante robe bleue très sexy, la jeune fille va au fil du spectacle se déshabiller, accompagnant son geste de textes multiples. Ainsi d'une posture initiale travaillant avec humour le désir et le voyeurisme du public, l'on passe à une véritable mise à nu et les adresses directes un brin provocantes cèdent la place à d'autres confidences.

La jeune fille raconte l'origine du striptease, avant d'énumérer les clichés liés à la stripteaseuse, où de livrer des plus textes lunaires et personnels. Ce déshabillage autant verbal que physique se prolonge jusqu'à l'épuisement total du corps : une fois la nudité révélée, la comédienne la pousse à son paroxysme, se livrant à la barre à une répétition de postures de danses. Les premiers gestes gracieux et réglés deviennent au fil de leur répétition malhabiles, car exécutés jusqu'au vertige.

En travaillant le corps, les fantasmes qui lui sont liés et ses propres limites physiques, Céline Milliat-Baumgartner offre ici une interprétation plutôt gonflée. Dans ce spectacle puissamment charnel, la jeune femme se livre entièrement, mais sans jamais tomber dans la vulgarité. Soutenue par une création soignée et minutieuse de lumières, son interprétation énergique délivre une fraîcheur et une liberté de ton vivifiante. Une création jeune et culottée, qui aborde avec intelligence et humour les clichés liés au genre.


Caroline CHÂTELET (Paris)


Festival TRANS
du lundi 15 juin 2009 au dimanche 28 juin 2009
programmation : Jean-Michel Rabeux/ Clara Rousseau
Infos pratiques : Théâtre de la Bastille
76 rue de la Roquette, 75001 Paris.
Tél: 01 43 57 42 14
Tarifs :
Spectateur « avec sous » : 20 €/spectacle, spectateur « sans le sou » :
12 €/spectacle
Trois spectacles et plus : 10 €/spectacle, le pass TRANS 09 (hors NuitTransErotic) : 50 €
La NuitTransErotic : spectateur « avec sous » : 25 €, spectateur « sans le sou» : 20 €.
Événements gratuits sur présentation d’un billet TRANS 09 : Influences / Chantier de travail. Les clubs de rencontres de TRANS


Blanche-Neige de Robert Walser
les 15, 16, 17 et 18 juin à 20h45
Mise en scène : Sylvie Reteuna
Avec : Aurélia Arto, Olav Benestvedt, Claude Degliame, Marc Mérigot, Eram Sobhani
Traduction et adaptation : Nicolas Luçon
Scénographie et costumes : Pierre-André Weitz
Lumière et régie générale : Jean-Claude Fonkenel
Musique : Eric Sterenfeld
Vidéo : Kate France
Assistanat à la mise en scène Elise Lahouassa
Assistanat à la lumière Pierre Godard
Administration de production Christine Tournecuillert - Conduite accompagnée. Coproduction Le Vivat-scène conventionnée danse & théâtre à Armentières, Le Bateau Feu-scène nationale de Dunkerque, L’Hippodrome-scène nationale de Douai. Avec le soutien de la Région Nord-Pas-de-Calais et de l’Adami (l’Adami gère les droits des artistes-interprètes et consacre une partie des droits perçus à l’aide à la création, à la diffusion et à la formation). Avec l’aide à la création de la DRAC Nord-Pas-de-Calais- Ministère de la Culture. Avec le soutien de la Rose des Vents-scène nationale Lille Métropole/Villeneuve d’Ascq et de la MC 93 Bobigny.


Striptease
Texte et mise en scène : Cédric Orain
les 15, 16, 17 et 18 juin à 22 h 30
Création et jeu : Céline Milliat-Baumgartner
Lumière : Jean-Claude Fonkenel
Scénographie : Denis Arlot
Son : Samuel Mazzotti
Production déléguée La Traversée. Avec le soutien du théâtre de la Bastille, du théâtre Le Garage-compagnie de l’oiseau-mouche et du studio de l’Arcal. Spectacle créé lors de l’édition 2009 de Latitudes Contemporaines.



Partager cet article

Repost 0
Published by Caroline CHATELET - dans À Paris 2008-09
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche