Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

19 juillet 2006 3 19 /07 /juillet /2006 19:51
PSYCHE-DECLIC

Elle est seule. A peine distraite de sa solitude par son boulot, ses amants et son régime. Elle est belle, elle est douce. Mais seule. Coincée entre une voisine malheureusement mélomane, un frigidaire quasi vide et des romances à deux sous, elle déprime. Elle soliloque, écoute son répondeur, téléphone à sa mère, pleurniche, chante. Va voir son psy. Et d’une solitude à l’autre, elle nous déverse sa vie. Pleine d’humeurs, de fureurs, de couleurs. Et d’humour.


Quel incroyable spectacle que ce psycholoblues ! Car s’il peine un peu à décoller sur les premières minutes, on se laisse vite emporter par l’histoire. Par les états d’âme de Brigitte, ses espoirs, ses faiblesses et ses joies. Des sentiments habillés de théâtre et de musique. D’un blues (vraiment) euphorisant à une chanson hypocalorique, la comédienne jongle entre textes et chansons avec une grâce infinie. Dialogue subtil avec le bon « docteur Frencan », pianiste interprétant le rôle muet, mais ô combien efficace, du psychiatre. Un mot pour une note, une idée pour une mélodie. L’étroite scène de La Parenthèse devient alors tour à tour studio de la belle ou cabinet de consultation. Des musiques d’horizons multiples accompagnent les confidences de Brigitte, leur répondent, les relancent parfois. Comme un fil invisible tendu entre les êtres. Et Brigitte se raconte. Elle raconte l’échec de son mariage ; elle raconte Patrick, l’ami d’enfance ; Marcel, l’amant-gourmandise ; Daniel, prince charmant des supermarchés.

Et quand ses mots ne suffisent pas, elle emprunte les notes d’Aznavour, les rimes de Brassens ou la poésie de Perret. Elle nous subjugue même d’une savoureuse, exquise, délicieuse Lettre ouverte à Elise (d’Anne Sylvestre). Petit moment d’apothéose… Ne serait-ce que pour ce texte et le jeu de la comédienne qui l’accompagne, le spectacle mériterait le déplacement ! Véritable petit moment de bonheur, comme une pastille de menthe qui fond dans la gorge les jours de grand chaud (show ?), Psycholoblues est l’antidote parfait à la morosité. Une bonne dose d’humour et de douceur que Stéphanie Bourguignon et Frédéric Locarni distillent avec art. Servis par une mise en scène fluide et discrète, qui se fait oublier au profit du personnage. Une grande petite bonne femme diablement attachante que l’on a du mal à quitter !

Karine PROST
www.ruedutheatre.info

Psycholoblues – une « music-hall » thérapie de Patrick Alluin et Stéphanie Bourguignon
Mise en scène de Patrick Alluin
Avec Stéphanie Bourguignon et Frédéric Locarni

A 18 h à La Parenthèse – réservations au 06.13.22.61.93 / 06.07.96.15.65

Partager cet article

Repost 0
Published by Karine PROST - dans Festival Off 2006
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche