Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

20 juillet 2006 4 20 /07 /juillet /2006 00:47
AINSI PARLAIT LE PROPHÈTE

Chapelle de l’Oratoire, le soleil filtre ses rayons dans les hauteurs ajourées et tombe sur l’auditoire venu entendre la bonne parole. La beauté du lieu est propice à se recueillir, à communier. La scène improvisée dans la grandiose rotonde offre pourtant un contraste saisissant avec la pompe de rigueur d’un prêche classique, d’une liturgie froide et austère. Pour faire vivre ce texte il fallait de la chaleur, de la simplicité, du naturel, du vibrant.

Photo © Bérénice Fantini

La délicate mise en scène de Francesco Agnello en offre une sobre et subtile « composition ». Celui-ci mène un travail sur « l’harmonisation de la voix, du corps, du geste et de l’espace » qui prend ici toute sa dimension. Le sol est jonché de sable, de branches noueuses, de brassées de joncs, de paniers d’osier desquels jailliront les objets propres à illustrer les métaphores. Ça et là des instruments, hétéroclites, qui, inertes, rythment l’espace et, animés, vibrent à l’unisson du texte sous les frappes maîtrisées du brillant percussionniste qu’est le metteur en scène. Tambours d’eau, gong, orgues de tuyaux en plastique et autres objets sonores non identifiés accompagnent de sonorités irréelles la déclamation toute en nuance du troublant Michel le Royer. Alliant douceur, sérénité et éclats, ses pieds nus foulant le sable, il nous parle avec chaleur, nous pénètre de son regard bleu pétillant et joue avec des signes de lumière. Il évoque l’amour, l’enfant, la joie, la tristesse, l’amitié, la parole, le mariage, le temps, l’enseignement, la loi, la connaissance de soi. Alors, quand on l’interroge sur la religion, il répond « Ne vous en ai-je pas déjà parlé ? Votre vie quotidienne est votre temple et votre religion ».

Dans cette poésie mystique s’agite une sagesse de l’évidence, le texte de Khalil Gibran est une profession de foi mais c’est avant tout un chant spirituel profondément altruiste, généreux, humain. Cette rencontre, bercée par la voix délicieusement brumeuse de Michaël Lonsdale, nous embarque dans un voyage qui ne s’abstrait pas du temps : ce qui se célèbre ici c’est au contraire la présence à soi, la présence à l’autre et au monde. Rassérénés, on se plaît à penser que cette parole eut trouvé un écho tout aussi idéal dans la Chapelle du Verbe-Incarné mais ces guerres de chapelles sont indignes des trésors de simplicité de cette poésie du cœur qui transcende les temps, les lieux, les cultures et les religions. Le texte peut se suffire mais écouter est quand même une heureuse façon « d’entendre ». Lorsque la beauté des mots, distillés dans la paix, s’évanouit, je me demande, plus que jamais, si le silence ne s’avérerait pas parfois, pour le comédien, un hommage plus éloquent que nos bruyants applaudissements.

Bérénice FANTINI
www.ruedutheatre.info

Le Prophète
Association Internationale de Recherche et de Création Artistique
D’après le texte de Khalil Gibran
Mise en scène, adaptation, scénographie, décors, musique et percussions : Francesco Agnello Interprétation : Michel Le Royer Voix off : Michaël Lonsdale
Création costumes : Isabelle Fourniés Lumière : Paul de Larminat

Festival Off Avignon – la Chapelle de l’Oratoire – 32, rue Joseph-Vernet
Réservation : 06 64 64 01 51
Dates Du 7 au 30 juillet à 14h - Durée : 1h15

Partager cet article

Repost 0
Published by Bérénice Fantini - dans Festival Off 2006
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche