Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

20 juillet 2006 4 20 /07 /juillet /2006 16:24
RIMBAUD L'INCANDESCENT

Cette pièce centrée sur le personnage de Rimbaud, donne à entendre toute l’oralité dramatique de ses vers et dessine un personnage ardent et contrasté.

Elle nous plonge par une mise en scène choc dans l’abîme de la folie du poète, ponctuée de pensées morbides, mégalomanes mais aussi lumineuses, exprimées le plus souvent sous formes d’ellipses. La figure de l’artiste, apparaît tel un être sur le fil. Il est proche de sombrer mais son délire mis en mots le tient debout.

Une Saison en Enfer
écrit entre avril et août 1873 par Rimbaud apparaît dans son oeuvre à un moment charnière, c'est-à-dire après deux épisodes particulièrement douloureux dans la vie du poète: l'exil londonien et, surtout, la fameuse dispute où Verlaine blessa Rimbaud d'un coup de feu. Cet écrit se déchiffre comme une trace de la vie du poète. Le prologue nous mène de l’enfance heureuse et mythifié du poète « festin où s’ouvraient tous les cœurs », Jusqu’à ce jour de juillet 1873 où Rimbaud est pris pour cible par son compagnon le plus intime « trouvé sur le point de rendre son dernier couac ». Ensuite la prose poétique déroule les errements, la folie, les hallucinations, la révolte contre la poésie, la vacuité du rêve et du mysticisme, avant de conclure dans L’Adieu sur la nécessité de s’astreindre de nouveau au travail.

Dans cette interprétation du texte rimbaldien, le comédien Mathieu Dessertine trace un personnage éruptif, dont la sensualité, voire la sexualité est à fleur de peau. L’aspect androgyne et libertin apparaît aussi fortement dans le corps qui se convulse et ondule. Quant au texte, tantôt murmuré comme dans l’intimité, il explose parfois crevant l’air comme un signe de la folie qui se libère.

La mise en scène de Benjamin Porée imprégnée de noir et blanc, de clair et d’obscur, joue avec les contrastes, cherche le choc, le point de non retour dans la démesure. Tout est là pour provoquer, notamment un jeu sur le travestissement sexuel avec le corps dénudé et fardé du comédien. C’est un personnage qui se cherche, s’égare, s’emporte puis se recroqueville, toujours dans sa jouissive solitude. Le parti pris d’accentuer le côté voluptueux, mi-homme mi-femme du poète, et ses égarements impulsifs et arrogants, hors de toute morale, peut bousculer. Il n’en reste pas moins que la pièce démontre un travail sur la définition de la figure de l’artiste et une tentative de plonger dans son univers ombreux et fantasmagorique.

Anne CLAUSSE
www.ruedutheatre.info

Une Saison en Enfer
De Arthur Rimbaud
Mise en scène Benjamin Porée
Avec Mathieu Dessertine

Festival d’Avignon Off 2006 Théâtre de l’Ange
Du 6 au 30 juillet – 15h Tarifs 12/8,5€ 15-17, rue des Teinturiers 84000 Avignon
Tél. 04 90 85 13 62 

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne CLAUSSE - dans Festival Off 2006
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche