Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

20 juillet 2006 4 20 /07 /juillet /2006 19:45
AH-TYPIQUE !

Il a troqué son éternelle chemise jaune contre une cravate couleur soleil. Et a conservé le goût de l’absurde et le talent des mots. Avec son dernier spectacle, Ah !, Bernard Azimuth dépeint, en orfèvre du langage, un personnage en équilibre précaire entre l’ordinaire et le fantasque. Surprenant. Et drôle, infiniment …


Il a cette allure d’un monsieur-tout-le-monde en permanent décalage avec son temps. Ou plutôt avec le notre. Et l’air « ah-uri » du gars qui s’emmêle systématiquement les mots dans la bouche.  Lui, c’est Bernard Azimuth. Un bout de gars qui peut sembler relativement commun, de prime abord. Et de prime abord seulement. Car derrière ses grands yeux étonnés et rieurs, Azimuth, c’est un prince de l’écriture. Un maître de la cascade verbale, qui joue avec les mots et les situations, jongle avec les sonorités, rebondit sur une voyelle, s’écroule sur une consonne. Un seigneur de la sémantique, né pour servir notre rire.

Et la surprenante combinaison fonctionne superbement. Le public adopte unanimement le bonhomme. Ce brave gars qui devait aller chez ses « amis du vendredi ». Comme tous les vendredis. Ou enfin presque. Parce que, justement, ca faisait un moment qu’il n’y était plus allé… D’une anecdote très simple, Azimuth construit tout un spectacle. Et de digression en retour sur image, de bafouillages en leçon d’économie de lettres (dont Azimuth nous prouve le superflu de certaines, puisqu’il y a définitivement « trop de lettres dans la langue française »), de jeux de mots en mots fins, le comédien tisse son fil. Avec talent. Pour un spectacle qui ne ressemble jamais à une succession de sketches. Au contraire, tout est ici construit avec finesse et à propos. On écoute le personnage nous conter le récit d’un quotidien à peine hors norme. Un quotidien qui nous parle, nous conduit d’une anecdote à l’autre. Et on le suit comme on suivrait les routes tortueuses et escarpées de haute montagne. Ou un sentier de grande randonnée sans carte IGN : sans savoir où l’on va ! Mais toujours en riant. Et sans jamais se lasser, grâce à un rythme soutenu, à la fois dans le texte et dans la mise en scène. Un spectacle de café-théâtre alerte et vif, comme en trouve trop rarement. Un spectacle d’humour, entre café et théâtre… « Ah » ne bouder sous aucun prétexte.

Karine PROST
www.ruedutheatre.info

Ah ! De et par Bernard Azimuth

Avignon Off
Au Forum, place de l’Horloge à 14h33 jusqu'au 30 juillet

Partager cet article

Repost 0
Published by Karine PROST - dans Festival Off 2006
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche