Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

21 juillet 2006 5 21 /07 /juillet /2006 16:19
PARODIE BURLESQUE D'UNE SCÈNE PRESQUE BIBLIQUE

Cette œuvre tente de raconter une nouvelle fois, –dans un contexte original : celui d’une arène romaine-, ce terrible constat philosophique à savoir que l’homme est naturellement mauvais, qu’il n’est qu’un animal désirant, incapable de comprendre et de se réformer, qui ne trouve la sagesse pas même dans la mort, car il a encore besoin pour mourir d’une religion mensongère.

Pour toucher à ces sujets complexes, trois brigands et un sacrifié volontaire sont offerts au public. Ces trois hommes presque larrons sont condamnés à être dévorés par les lions dans le cirque romain. L’un d’entre eux peut sauver les deux autres s’il accepte de se livrer volontairement aux fauves. Dans le cas contraire, les trois mourront crucifiés. Qui convaincra l’autre, qui condamnera l’ami, qui poussera le compagnon de route, qui détruira la solidarité de hors-la-loi pourtant réputée si solide, pour se sauver soi ?
 


Ainsi commence un spectacle qui se veut burlesque et qui tente de parodier, de « carnavaliser », ou d’exorciser la mort dans le cirque grâce à la mise en scène des coulisses du cirque comme coulisses de la mort. Mais cette première mise en abyme, doublée par celle du théâtre – entre le cirque et la scène, le jeu de miroir est évident et riche- ne sont pas vraiment maîtrisées, paraissent casuelles, du moins ne sont-elles pas assez exploitées. Le spectacle ne profite pas de sa potentielle ambiguïté, et suit des pistes toutes tracées. L’usage d’un double jeu et d’un double langage –acteur/condamné-, aurait évité quelques successions de lieux communs ou de phrases un peu forcées, que le « nous » permanent et décalé accentue ; et ce, malgré de jolis moments de dérapages, qui ne correspondent d’ailleurs pas forcément aux explosions explicites du texte et de la mise en scène, tel le lynchage du sacrifié.

Les influences directes et visibles, celle du Roi se meurt, ou d’Ubu pour le personnage de Tibulus, dans ses meilleurs moments, ou encore de La bonne âme de Sechuan, dont le dénouement ne diffère que dans la physionomie de l’incarnation divine, laissent parfois un fort goût de déjà vu. Le borgne est tout aussi lâche, tout aussi douteux, et tout aussi impuissant que la trinité brechtienne, mais ici il est unique et son côté hippie New Age joue avec l’interprétation marxiste du Christ comme premier communiste ainsi qu’avec l’image la plus courante de cette figure biblique.

Il faut cependant reconnaître que l’ambition est grande et le courage nécessaire pour mettre en scène de tels thèmes et choisir de les illustrer physiquement afin de proposer un théâtre accessible à un très large public. Et surtout d’en proposer une interprétation comique. Malgré des passages idéologisants, quelques répliques toutes faites et un humour parfois facile, ce spectacle est un spectacle ouvert et familial, abouti et professionnel, au croisé des chemins entre théâtre engagé, théâtre classique, critique sociale, qui a fait le choix d’un public large et assez conventionnel, un pièce somme toute très proche des comédies les plus traditionnelles.

Frédérique MUSCINESI
www.ruedutheatre.info

Le Borgne
Auteur : Eduardo Manet
Metteur en scène : Thierry Chantrel
Compagnie : Sortie de route
Acteurs : Eric Pasturel : le borgne Philippe Fabre : Tibulus Bruno Fontaine : Martibus Gérald Robert-Tissot : Cumulus Muique : Yvan Perrier Lumières : Denis Servant Scénographie : Sylvain Desplagnes Costumes : Etienne Couleon
Jusqu’au 29 juillet à 16 h35, au Théâtre des Lucioles, 04 90 14 05 51

Partager cet article

Repost 0
Published by Frédérique Muscinesi - dans Festival Off 2006
commenter cet article

commentaires

Anonyme 14/01/2016 22:24

Leborgne un goonies monstrueux, voleur de pdf, serial killer d’hopital, psychiatre des banlieusards, écrivain tueur d’enfants, cambrioleur policier, assassin hystérique, blogueur de dauphin, noeud de satan.

Anonyme 14/01/2016 22:24

Leborgne un goonies monstrueux, voleur de pdf, serial killer d’hopital, psychiatre des banlieusards, écrivain tueur d’enfants, cambrioleur policier, assassin hystérique, blogueur de dauphin, noeud de satan.

Chronique Fraîche