Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

22 juillet 2006 6 22 /07 /juillet /2006 12:17
Jérome Wacquiez et la Cie des Lucioles sise à Compiègne nous avaient donné, il a deux ans, un très beau spectacle de théâtre No mis à la portée du spectateur de langue française. Ils nous reviennent en ce Festival Off avec cette oeuvre belle et prenante de Aki Shimazaki d'après son roman Tsubaki.

Aki Shimazaki est une romancière d'origine japonaise qui vit au Canada . Elle écrit tous ses livres directement en français. Sa situation à la frontière entre deux mondes et deux cultures (l'Orient et l'Occident) se ressent particulièrement dans cette oeuvre, excellemment adaptée et transposée au théâtre par Jérome Wacquiez, dans une mise en scène inspirée des codes d'un théâtre No, ici quelque peu sous influence occidentale, ainsi qu'en témoignent notamment la présence et les interventions régulières d'un claveciniste.
 
 
Deux personnages sont présents sur le plateau, un Européen (Jérome Wacquiez) et un Japonais (Massato Matsuura) pour évoquer en gestes et en paroles un état de guerre qui est aussi bien celui de deux continents – l'Asie et l'Amérique – que celui de deux familles de Nagasaki au sein desquelles, avec la trahison et la duplicité machiavélique d'un père, se délitent les valeurs traditionnelles nipponnes. Curieusement, la justice immanente viendra de la toute jeune fille, Yukiko, dont l'acte arrivera à point pour sauver l'honneur familial.

La rencontre entre deux civilisations avec ses deux personnages prend d'abord les formes d'un combat, avec une gestuelle inspirée des arts martiaux (aïkido, kendo), mais aussi d'un dialogue narratif dans lequel sont précisées les modalités historiques de la guerre du Pacifique, commencée, en réalité, bien avant Pearl Harbour. Arrivent aussi des interrogations fondamentales : après celle d'Hiroshima, le lâcher de la deuxième bombe atomique, sur Nagasaki, était-il réellement nécessaire, alors que le Japon était exsangue ? Et fallait-il faire payer aux Japonais un prix aussi élevé en morts et en souffrances pour qu'ils puissent bénéficier d'une démocratie "à l'américaine" ?

Dans un très beau décor dont l'harmonieuse simplicité des éléments pourrait faire penser quelque peu à un jardin zen, les deux acteurs unissent hiératisme et sobriété à une puissance d'expression saisissante pour interpréter tous les personnages, y compris la jeune fille, Yukiko. On apprécie tout particulièrement dans ce rôle la performance de l'acteur japonais Masato Matsuura qui maîtrise aussi parfaitement que possible le français. Voilà donc un spectacle de très haute tenue qui fait honneur à tous ses initiateurs et participants.

Henri LÉPINE
www.ruedutheatre.info

 Camélia, d'après « Tsubaki » d'Aki Shimazaki.
Adaptation et mise en scène de Jérome Wacquiez.
Avec Masato Matsuura, Jérome Wacquiez. Clavecin : Frédéric Haas.

héâtre du Bourg-Neuf, 5Bis, rue du Bourg-Neuf, Avignon. Jusqu'au 29 juillet à 11 heures.

Partager cet article

Repost 0
Published by Henri Lépine - dans Festival Off 2006
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche