Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

23 juillet 2006 7 23 /07 /juillet /2006 14:14
IMMORTELLES VACANCES

Philippe Vauchel est ce genre d’artiste nécessaire à nos vies qui s’enkylosent… Pourquoi ? Tout simplement parce que cette touchante personne excelle dans un bel exercice : mettre des mots sur nos petits sentiments, nos peurs, nos doutes et nos souffles de vie…

Et quels mots ! Des mots simples qui forment des phrases poèmes… Mais attention, son spectacle, loin d’être un seul spectacle de mots, beaux mots, jeux de mots, est aussi un spectacle qui se veut partage. Une grande sincérité se dégage du personnage et on sent l’urgence à dire, derrière une apparente bonhomie quelconque. Lors d’une rencontre avec l’artiste, à l’issue d’une de ses représentations, il me confie qu’au travers de tous ses spectacles, ce qu’il veut vraiment, c'est d’abord et avant tout toucher « à ce qui relie profondément les êtres ». Son plus grand bonheur, c’est d’entendre son public « se taire avec lui… ». Pas l’écouter se taire, non, mais vivre un moment avec lui. Et il y arrive fort bien.
 

 

La pièce à laquelle il nous convie est un véritable moment de vie, une parcelle de sentiments dans un monde qui s’oublie. Lors de cette même rencontre, j’ai moi-même découvert un être à part, qui ressemble à son nouveau spectacle : intranquille et généreux, fragile et presque excessif à la fois. Après avoir présenté en 2003 à Avignon Trois secondes et demi, spectacle en appartement traitant des petits riens de la vie, le comédien et auteur belge traite cette fois d’un sujet qui lui tient particulièrement à cœur : la mort…
Débarquant brusquement sur le plateau, celui qui une minute avant était parmi nous dans la file pour entrer, imper sur le dos et valise à la main, déclare tout à trac : « Il faut replacer la mort au centre de nos vies. » Parce que ce petit jeu d’immortel (Allez, on joue à être immortel… La mort ? chuuuuuuuuuuuut, il ne faut pas en parler…) il commence tout doucement à nous tuer. Refuser la mort, c’est refuser de vivre. Si l'on ne tient pas compte de la Grande Faucheuse, ce qu’il nous reste, c’est seulement un ersatz de vie. Une vie qui se ment et qui nous fige. Ce que proclame Philippe Vauchel, c’est la nécessité de s’avouer fragile. Il se veut dans ce spectacle « un mortel qui vient débarquer parmi d’autres mortels pour rire avec eux de sa condition de mortel ».

Parce que des rires, il y en a, dans son spectacle… Spectacle sur le fil, puisqu’on y est tour à tour ému, presqu’en colère, chagrin, joyeux, heureux même. Un spectacle en madeleine de Proust, qui sent bon la naïveté des campagnes de nos enfances. La sobriété de la mise en scène, que l’on doit à Benoît Van Dorsael, sous l’œil attentif et complice de Frédéric Dussenne, y est sans doute pour beaucoup, puisque, accompagnée d’une scénographie sobre, elle laisse libre champ au jeu de l’acteur, qui lui aussi joue sur le fil un personnage qui lui ressemble…mais qui n’est pas lui. Quand on demande à Philippe Vauchel pourquoi il monte sur scène, ou plutôt pourquoi il s’y sent bien, il répond, presque sybillin, que c’est le seul lieu où « il commence à avoir l’inconscient tranquille ». Sans doute parce que son inconscient sait qu’il nous fait du bien par sa poésie. Et qu’on en redemande, des Grandes Vacances !

Isabelle PLUMHANS
www.ruedutheatre.info

La Grande Vacance, de et par Philippe Vauchel, Théâtre nationale 4
Jusqu’au 27 juillet aux Théâtre des Doms, à 16h00 seul en scène tout public

Partager cet article

Repost 0
Published by Isabelle Plumhans - dans Festival Off 2006
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche