Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

22 juillet 2003 2 22 /07 /juillet /2003 14:40
L'ÉCRASANTE PRÉSENCE DE LA MÈRE ABSENTE

La compagnie Sousouli : de bien jolies muses. Tout de suite, on sent qu’on est tombé dans un nid de guêpes qui bouffent de l’amour avarié, et qu’on ne va pas s’en sortir comme ça. On est piégé par les mots de Michel-Marc Bouchard, et on va les écouter jusqu’au bout.

Quatre adultes : trois sœurs, un frère. Une famille ? Oui, mais pas au complet. Manque le papa, mort. Manque la maman, vivante. Vivant en Espagne, avec son amant Frederico. Depuis vingt ans. Depuis qu’elle a laissé ses enfants seuls, inconsolés, comme on laisse un paquet de linge sale. Ah ! l’écrasante présence de la mère absente ! Celle par qui le malheur arrive, celle qui va tout faire exploser.

Michel-Marc Bouchard a un sens aigu de la construction dramatique, dictée par l’affûtage des sentiments. Il suit ses personnages pas à pas, les pousse dans leurs derniers retranchements, les accule à cracher leur venin, sonne l’hallali des passions. Il sonde les reins et les cœurs en médecin de l’âme.

Shelly De Vito a l’intelligence de construire une mise en scène discrète, fluide, efficace. Elle est ainsi au service des comédiens, qui peuvent laisser leurs personnages s’épanouir et nous séduire. Laetitia Tomassi incarne élégamment Martine, capitaine lesbienne de l’armée canadienne, avec une fragile fermeté. Marie-Do Ferré interprète brillamment l’aînée, Catherine, « chef » d’une famille qui la pille, cloîtrée dans ses secrets, femme stérile lourde du poids de sa petite sœur et de tous les enfants qu’elle n’aura jamais. Arnaud Allain stupéfie avec son Luc masochiste, pseudo-écrivain qui « publie », d’abord pour lui seul puis pour le public de ses sœurs, l’improbable Correspondance d’une reine d’Espagne à son fils pour biffer la fuite de sa mère. Élodie Saos, enfin, défend avec une jolie générosité une Isabelle « mongole », affamée de mots, bouleversante, lumineuse, au ras de l’âme.

Vincent CAMBIER

Lire aussi la critique de Stephen BUNARD.


Partager cet article

Repost 0
Published by RUEDUTHEATRE - dans Festival d'Avignon 2003
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche