Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

6 mai 2005 5 06 /05 /mai /2005 00:00

IL NE FAUT PAS AVOIR FROID AUX RÊVES

« Échappées d’elles » a été représenté, le 4 mai 2005, dans le cadre de « Mai au cabaret » des Trois Pilats, mine de rien peut-être la scène la plus vivante d’Avignon.

Deux artistes, quelques lampions, une valise, une contrebasse, un violoncelle, des costumes rigolos et le petit théâtre portatif est créé, le pestacle peut commencer. Juste une consigne : « On ne parle pas de politique. » C’est le contraire qui va se produire, bien sûr. Mais de la plus belle manière qui soit : celle des poètes. Et pas n’importe lesquels : Michèle Bernard, Georges Brassens, Bernard Dimey (cher au « patron » des Trois Pilats, Pascal Papini), Jules Jouy, Boby Lapointe, Georges Moustaki, Charles Vildrac…, avec des perles absolues, comme Les Cœurs purs de Jean-Roger Caussimon et Les Hommes de Jacques Debronckart, des chansons « belles à parler avec les anges ».



Et, à travers les textes et les chansons harmonieusement distillées au long du spectacle, elles balancent, les filles. Elles s’adressent à « ceux qui seront ivres de malheur » pour leur dire de « ne pas perdre [leurs] rêves de vue ». Elles mettent à plat avec humour des chansons d’amour nunuches pour en faire ressortir le grotesque. Elles témoignent, à vif, de vies ouvrières bouleversées, cabossées, massacrées, niées, « avec larmes et bagages ». Pour paraphraser Bernard Dimey : ne vous étonnez pas si elles aiment le scandale, elles sont de ces enfants dont il faut avoir peur.

Éloïse Brunet est un Auguste féminin qu’on aurait essayé de casser, mais qui aurait résisté. Elle est capable de me faire rire et de me serrer le cœur l’instant d’après. Agnès Duvivier, elle, est un clown blanc pince-sans-rire d’une finesse de dentelle et d’une jolie musicalité. Toutes deux sont merveilleusement complices. Bref, un pestacle d’une révolte tonique qui ragaillardit, où je ne risque pas d’« avoir froid aux rêves ». Indispensable, quoi.


Échappées d’elles
Compagnie Le Temps de dire
Mise en scène : Paul Fructus
Avec : Éloïse Brunet et Agnès Duvivier
Costumes : Régina Martino et Rose-Marie Servenay
Création lumières : Vincent Gallemand
Contact scène-diffusion-production : Mathilde Kuhn
Tél. : 06 09 28 21 09
Courriel : echappeesdelles@netcourrier.com
Site : http://monsite.wanadoo.fr/echappeesdelles/
Le 4 mai 2005 à 21 heures au Théâtre des Trois-Pilats,
18, place des Trois-Pilats • Avignon
Tél. : 04 90 85 67 74
Courriel : lestroispilats@wanadoo.fr
Tarifs : 12 €, 9 €, 5 € et pass 20 € et 15 €

Partager cet article

Repost 0
Published by Vincent Cambier - dans Chroniques 2005-06
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche