Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

30 septembre 2006 6 30 /09 /septembre /2006 16:35
L'IMPORTANCE D'ÊTRE JUSTE

Au théâtre Antoine, Pierre Laville a mis en scène une nouvelle version de
L’Importance d’être Constant, dernière œuvre dramatique d’Oscar Wilde. Décevant.

Petit bijou à l’italienne, le théâtre Antoine présente une magnifique salle ornée par un plafond de minuscules mosaïques couleur or et un large rideau aux tons vert Véronèse. Véritable écrin propice à la mise en scène de pièces dites « classiques », le spectacle, à l’affiche jusqu’au 29 octobre, ternit considérablement l’endroit. Et pourtant, cette « comédie de société » écrite par l’auteur d’Une Femme sans importance et Un mari idéal ne manque pas d’éclat. Sous titrée à l’origine, « Comédie frivole pour gens sérieux », cette œuvre révèle l’ingéniosité de Wilde dans l’art du dialogue et l’architecture même de sa pièce. C’est une comédie « boomerang ».
 Photo © Gilles Bureau

Gwendolen Fairfax ne peut aimer qu’un homme prénommé Constant. Par amour pour elle, Jack Worthing deviendra Constant avant d’apprendre qu’il est né Constant. Il est l’homme constant pour celle qui l’aime. Malheureusement, l’inintérêt des deux décors créés par Pace, habitué (peut-être trop) au théâtre Antoine pour lequel il travaille depuis 20 ans et la direction d’acteur, sans grande originalité, plombent la pièce. En partant du principe que les théâtres privés sont tributaires de leurs chiffres d’affaire donc du nombre d’entrées, ils formulent leurs saisons théâtrales selon deux paramètres : le choix du texte et les têtes d’affiches. Et c’est somme toute logique. Maintenant croire que toutes les têtes d’affiches (montantes dans ce cas précis) vont être à la hauteur du texte est somme toute moins sûr. Et j’ai le regret de voir une distribution très « audiovisuelle » ramener les personnages à leur plus petite dimension.

Lorant Deutsch en trublion hâbleur est loin d’incarner le dandy britannique à la vie dissolue et aux mœurs légères ; Frédéric Diefenthal peine à interpréter avec justesse le rôle de Jack Worthing et si Gwendoline Hamon ne portait pas avec tant d’élégance de si belles tenues, je crois que l’on pourrait se demander ce qu’elle fait dans cette pièce. Les comédiens ne jouent pas avec la férocité de leur texte, semblant prendre comme excuse le marivaudage de l’oeuvre pour caricaturer leurs personnages, perdant enfin de vue que le texte ne fait malheureusement pas tout.
Dans la seconde partie du spectacle, le rythme s’essouffle, le jeu se concentre, sans que cela prenne sens, dans une seule partie de l’espace scénique parasitant le champ d’action des comédiens. En définitive, Macha Méril en Lady Bracknell et Yves Gasc portent à eux seuls cette oeuvre. Mes compliments iront donc uniquement à Emmanuel Peduzzi pour la réalisation des costumes.

Enfin, en sortant de la salle, je me suis souvenue que j’étais au théâtre Antoine, anciennement théâtre Libre, théâtre d’avant-garde et « novateur » dans son répertoire et sa qualité de mise en scène. Avec comme idée maîtresse d’André Antoine : le rôle de l’acteur est au service du Théâtre et non l’inverse. S'en souvient-on seulement ?

Priscilla GUSTAVE-PERRON (Paris)

L’Importance d’être Constant , de Oscar Wilde
Théâtre Antoine 14 bvd de Strasbourg 75010 Paris.
À 20 h30 - Durée du spectacle 2 h 30
Jusqu'au 29 octobre 2006.

Notes du metteur en scène Pierre LAVILLE :

Oscar Wilde écrit L'IMPORTANCE D'ÊTRE CONSTANT, simultanément à UN MARI IDEAL. Il y a dix ans, le Théâtre Antoine affichait UN MARI IDEAL, qui allait rencontrer un très grand succès pendant trois ans. Aujourd'hui, Héléna Bossis et Daniel Dares présentent L'IMPORTANCE D'ÊTRE CONSTANT, qui trouve dans le théâtre fondé par André Antoine, au moment même où Oscar Wilde écrivit la pièce, un décor plus que jamais... idéal.

Les deux pièces d'Oscar Wilde, irlandais de souche et d'humeur, on pourrait dire doublement insulaire, aussi peu "anglais" que possible, seront créées à Londres, à moins d'un mois d'intervalle, en janvier-février 1895, et elles seront acclamées, en présence de la famille royale, par la haute société londonienne, celle-là même que l'auteur dénonçait de toute son ironie, sinon de tout son mépris.

Le mois précédent, Wilde - célèbre pour son oeuvre de journaliste autant que de dramaturge - avait traîné en justice pour diffamation Lord Douglas, père du petit Lord qui avait bouleversé sa vie. Il affrontait en toute lucidité un procès qui allait lui valoir plusieurs années de bagne et la ruine de sa vie affective et sociale. Le Dandy se faisait Justicier, par pur désir de proclamer une vérité qui lui semblait essentielle et que rejetait la société victorienne. C'est placé au plein coeur de cette épreuve tragique et de ce contexte offensif, où il allait tout perdre (sauf paradoxalement sa femme Constance et ses enfants), dans cette tension et livré à ce déchirement, qu'il écrit L'IMPORTANCE D'ÊTRE CONSTANT, la pièce la plus joyeuse, légère, vivace, imprévue, libre, jubilante qui soit. Sans la moindre trace des terribles dangers qu'il traverse. L'auteur écrit sa pièce comme à l'opposé de tout souci, dans une situation duelle, sorte de mise en abyme décalée.

L'IMPORTANCE D'ÊTRE CONSTANT est un hymne au bonheur, à l'insouciance d'une catégorie sociale de nantis, à la douceur de vivre, au jeu des amours et du hasard, à la légèreté qui rassure, sinon guérit des charges qu'impose une société prude et intransigeante. Wilde écrit sa pièce avec une maîtrise sans égale, une forme évidente et accomplie. L'oeuvre est jubilatoire. Tout ici a goût du bonheur, ce qui n'empêche pas de pressentir tout autour la charge d'un monde impitoyable.

Wilde semble possédé par un plaisir illimité de créer du théâtre. Une forme de théâtre et de comédie, qui renouvelle le genre, cousin de Lewis Caroll, lointain rejeton de Marivaux, générateur au cinéma des comédies "primitives" de John Ford (autre irlandais). Et comme s'il pressentait qu'il s'agissait bien de sa dernière pièce, il fait feu de tout. Il danse sur un volcan, léger, rieur, insouciant, sans renoncer une seconde à faire agir le thème profond qui court à chaque instant, celui du Double, de l'impossible manière de s'assurer fragmenté et divisé, de cette dualité qui est pourtant un des plus répandus fardeaux de l'homme. Chacun de ses personnages est candide et cynique, naturel et dandy, actif et passif, vertueux et débauché, sincère et rusé, infidèle et constant, double et unique. C'est bien dans ces années-là que l'ont découvre une sexualité autre et les premières oeuvres de Freud, où la musique, la poésie et la peinture éclatent... Tout renvoie à une dualité de l'homme, dont la grande histoire revient à s'inventer une unité.

Quête d'unité, quête d'identité. Qui es-tu ? D'où viens-tu ? Quel est ton nom ? Es-tu mon frère ? De qui suis-je le fils ? Les personnages de L'IMPORTANCE D'ÊTRE CONSTANT courent après eux-mêmes, transgressant leur rôle social. Tous les genres volent à leur secours et tous les procédés possibles : changements d'identité, travestissements, ruses, coups de théâtre. On croise le merveilleux, presque l'incohérence du rêve (ce bébé confondu avec un manuscrit de roman sentimental et devenant un petit Moïse égaré à la consigne de Waterloo Station...). Nous sommes au théâtre et nulle part ailleurs.

Le réel existe-t-il ? La vie est un songe, nous le savons, chantonne Wilde, et tout est bien qui finit bien...

Partager cet article

Repost 0
Published by Priscilla Gustave-Perron - dans À Paris 2006-07
commenter cet article

commentaires

linettttte 17/06/2007 02:13

ben moi j'ai adoré!!!! soit je ne suis pas une professionnelle du theatre et une provinciale venue à paris pour le week-end...mais j'ai trouvee la piece tres bien jouee et j'ai passe un excellent moment!!!!

Michel Reyrolle 24/12/2006 11:50

Je partage votre consternation Priscilla après avoir vu hier soir  la pièce L'importance d'être Contant. Les 4 jeunes comédiens sont en dessous de tout et feraient bien de retourner à leurs chères études théâtrales. Pas de voix pas de présence pas d'incarnation ces 4 comédiens sont à côté de leur rôle et je ne doute pas que leurs voix fausses leur résonnaient aux oreilles alors qu'ils ne jouaient pas leur rôle. Affligeant pour des professionnels. Bravo aux 3 anciens comédiens qui seuls rattrapent cette pièce. A la fin on sombre carrément dans le mauvais théâtre amateur avec des déplacements faux et parasites et des répliques sans signifiance alors que le texte est si chargé, des voix non soutenues, des fins de phrases inaudibles qui tombent.  Bref le B-A BA du métier de comédien est ici bafoué. Quel massacre! Le metteur en scène est aussi en cause ici pour laisser faire de tels jeux médiocres.
Je plains le théâtre Antoine d'héberger un tel spectacle.
Michel Reyrolle - PARIS

suzanne 13/12/2006 14:01

J'ai assister à la représentation de "L'importance of being Earnest" ( en français :" l'importance d'être constant ") par une troupe anglaise et j'ai trouvé cette pièce vraiment vivante, les décors bien montés... vraiment à voir, que se soit en anglais ou en français, mais j'ai tout de même un préférence, l'ayant en anglais, pour la pièce originale.

Angélique Vaucher 26/11/2006 14:46

Cette chère Priscilla GUSTAVE-PERRON propose une critique inappropriée à ce spectacle, qui prouve une mauvaise fois manifeste à l'encontre des acteurs de la jeune génération qui pour ma part ont su me séduire et me divertir.
La mise en scène ne manque pas d'humour et sait mener le spectacteur loin de l'ennui tout au long de la pièce.
Sourires et rires ont ponctué ma soirée grâce à l'interprétation de chacun des acteurs qui apporte à cette pièce un intérêt tout particulier et n'appelle en aucun cas une critique aussi négative que celle énoncée plus haut.
Le théâtre Antoine ne fait qu'ajouter du charme à cette oeuvre d'Oscar Wilde.

Vanessa 31/10/2006 18:22

Beaucoup de tapage autour de cette pièce qui paraît-il est magnifique et interprétée à merveille par Macha Méryl et Laurent Deutch ... J'irai certainement la voir. Je recommande une autre pièce d'Oscar Wilde,  "L'évental de Lady Windermere" actuellement et jusqu'au 4/11 au théâtre 14 Jean-Marie Serreau (avec Genevieve Casile). Pour plus d'infos n'hésitez pas à venir visiter mon blog !http://lazyzanie.spaces.live.com
 

Chronique Fraîche