Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

2 mai 2005 1 02 /05 /mai /2005 00:00

LE SANG DE LA MUSIQUE

C’est vraiment une très bonne idée qu’a eue le Théâtre du Bourg-Neuf d’inviter Meïssa M’Baye, surnommé « le Léo Ferré africain », pour un concert les 28, 29 et 30 avril 2005.

Ce chanteur franco-sénégalais se produisait en toute petite formation, puisqu’il n’était accompagné que de Clifford Lafleur, à la guitare. Mais l’essentiel était là : une voix de baryton magnifique, ourlée de douceur et de puissance, cousue d’harmonie et de chaleur, soufrée de sensualité et de pudeur, griffée d’humour et de lucidité, gorgée de prose et de poésie, enrouée par les souffrances des hommes.



Quant aux textes, excusez du peu : Léopold Sédar Senghor et ses poèmes somptueux comme Femme noire, Joal (« un jazz orphelin qui sanglote »), Je viendrai, Présence africaine, Thiaroye (en hommage à des tirailleurs sénégalais massacrés), Ouragan, Emma… Je rappelle que cet homme noir était un des plus grands manieurs de la langue française et un de ses plus grands écrivains, d’une subtilité sémantique et phonique hors du commun. Mais Meïssa propose aussi ses propres compositions telles que Nteero (ma chanson préférée), Mafall, Borso, Dieuf, qui ne déméritent pas face à son glorieux aîné.

Un climat vivifiant et apaisant

En matière d’instruments, c’est la fête : kongoma (autrefois utilisé par les esclaves béninois de l’île de Gorée), toukssi et guitare se répondent harmonieusement et nous baignent dans un climat vivifiant et apaisant à la fois. Je veux souligner ici la prestation du grand musicien Clifford Lafleur, au toucher de cordes cristallin.

Lui et Meïssa transpirent tous les deux le sang de la musique. Quand je les écoute, je ne peux que reprendre à mon compte cet aphorisme célèbre : « Sans la musique, la vie serait une erreur ! »


Meïssa
Contact management/concert :
Afric’Art - Les Arts en palabres
29, boulevard de Stalingrad • 92240 Malakoff
Tél. : 01 55 48 94 94 – Télécopie : 01 49 85 71 80
Courriel : m.mbaye@free.fr
Théâtre du Bourg-Neuf, 5 bis, rue du Bourg-Neuf • Avignon
Tél. : 04 90 85 17 90
Jeudi 28 avril, vendredi 29 avril et samedi 30 avril 2005 à 20 h 30
Meïssa va se produire le jeudi 16 juin 2005 à 21 h 30 à L’Étage – 77, rue du Faubourg-du-Temple • 75010 Paris
Tél. : 01 44 84 07 86
Par ailleurs, il passe régulièrement Au Lapin Agile – 22, rue des Saules • 75018 Paris
Tél. : 01 46 06 85 87
www.au-lapin-agile.com
Courriel : infos@au-lapin-agile.com
Enfin, Meïssa va sortir, en septembre 2005, un album intitulé Entre Seine et Sine, Meïssa chante Senghor chez Comet Records, distribué par Nocturne
Photo : Matar Ndour

Partager cet article

Repost 0
Published by Vincent Cambier - dans Chroniques 2005-06
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche