Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

6 juin 2005 1 06 /06 /juin /2005 00:00

UNE RADIOGRAPHIE DE NOTRE CONNERIE

Le Théâtre de la Luna donnait en avant-première, le samedi 4 juin 2005, la comédie noire de Claudio Gotbeter, « Prudence ». Une franche réussite.

Ce soir, c’est la fête chez Trinidad. Elle célèbre le jour de l’An avec son « amie » Margarita. Excitées par le torrent de nouvelles sinistres qu’elles entendent à la radio, elles parlent de choses et d’autres en buvant un verre et en esquissant des pas de tango. On s’aperçoit très vite que ces deux femmes sont hypocondriaques et paranoïaques. Comme pour illustrer le premier adjectif, elles surenchérissent sur leurs symptômes et leurs maladies : « Je suis une loque ! — Je suis un spectre évanescent ! » Comme pour mettre en œuvre le second (« aujourd’hui, celui qui veut survivre doit être prudent ! ») et le cristalliser, l’arrivée de Nina va être un aliment de premier choix…



Cette œuvre de Claudio Gotbeter est magnifique pour au moins deux raisons. D’abord, elle est très bien construite. La progression de l’action est rigoureuse et implacable, comme les heures du jour qui s’égrènent tranquillement, avec la constance du sablier retourné de la vie. Ensuite, elle est férocement drôle, mais de cet humour véritable que possèdent les grands auteurs, qui nous implique nous-mêmes avec force, qui nous oblige à regarder lucidement nos propres bassesses en face. Car nous sommes visés aux rayons X par cet écrivain argentin de 49 ans qui radiographie notre connerie, nos délires sécuritaires et nos petitesses de pensée, hélas universels.

Fantaisie, humour et paranoïa

La mise en scène, la scénographie et les lumières sont tellement « évidentes » qu’on les oublie. Surtout, elles ont la finesse d’être totalement au service des trois comédiennes. Et, de ce côté-là, on se régale. Catherine Alias et Élisabeth Damian rivalisent de fantaisie, d’humour et de dinguerie. Elles ont de l’abattage sans jamais sombrer dans le cabotinage. Quant à Jennifer Cafacci, dans un rôle particulièrement ingrat et même si elle est trop tendue au début, elle s’en tire largement avec les honneurs.

Trois jolies actrices qui s’amusent comme des folles à jouer une pièce intelligente et drôle, dont les thèmes sont cruellement actuels : que demander de plus ? Quoi, vous n’êtes pas déjà partis à la Luna ? Oubliez toute prudence, foncez !


Prudence, de Claudio Gotbeter
Traduction : Catherine Alias
Création 2005
Mise en scène : Alain Vergne
Avec : Catherine Alias (Trinidad), Élisabeth Damian (Margarita) et Jennifer Cafacci (Nina)
Scénographie et lumières : Patrick Roux
Costumes : Chrystel Moulinié
Chorégraphie : Rayan
Production : Compagnie des Autres route du Stade, centre départemental d’animation • Rasteau
Avec le soutien du conseil général de Vaucluse
Contact : Jean-Jacques Florio - Portable : 06 81 42 12 83
Coproduction et diffusion :
– ProCréArt 1, rue Séverine • Avignon
Dominique Tésio - Portable : 06 19 84 28 98 ;
– Attore Actor Acteur 7 bis chemin de la Justice BP 112 • Villeneuve-lès-Avignon
Portable : 06 10 45 53 89
Courriel : Attore Actor Acteur;
– les Ateliers du regard BP 114 le Village • Séguret
Coréalisation : Théâtre de la Luna 1, rue Séverine • Avignon
Stéphane Marteel - Tél. : 04 90 86 96 28
Avant-première le samedi 4 juin 2005 à 20 h 30 au Théâtre de la Luna 1, rue Séverine • Avignon
Le spectacle sera rejoué au Festival d’Avignon du 8 au 30 juillet 2005 au Théâtre de la Luna

Partager cet article

Repost 0
Published by Vincent Cambier - dans Festival d'Avignon 2005
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche