Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

23 décembre 2006 6 23 /12 /décembre /2006 10:16
LE MONDE AVEC LES YEUX DES AUTRES

La rencontre sur les planches entre le handicap et le théâtre est riche de beauté et d’expériences. Après Producto interior bruto qui traitait de la surdité volontaire et involontaire, le thème du handicap comme champ du théâtre vient de produire un résultat particulièrement abouti. Desde lo invisible est une œuvre simple, juste, et émouvante.

Jouée par des acteurs sans réels handicaps mentaux, l’œuvre est le résultat d’un travail de recherche précis, d’un long processus pour approcher, raconter et transmettre la réalité fort disparate de chaque handicapé moteur.
Nous sommes dans un espace clinique. Ici les troubles n’ont rien à voir avec les comportements à tendance autistiques répandus dans nos sociétés névrosées. Les personnes devant nous sont pathologiquement atteintes de maladies mentales qui agissent sur l’ensemble de leur être, modifient et parfois annihilent leur conscience d’eux-mêmes et leur façon de voir le monde. Conter ce qu’est leur monde à travers leurs yeux et ceux des personnes qui partagent leur quotidien est précisément le sujet de cette succession de scènes empruntées à des histoires entrecroisées.

Photo © DR

Le spectateur ainsi s’insinue dans un univers peu familier, effrayant pour être peu familier, effrayant pour n’être soumis qu’à la règle sauvage de la maladie. Et il n’y reçoit aucune leçon de morale. Il n’y entend aucun discours policé et correct. Il n’y ressent aucune compassion. Il y voit seulement les jours vécus par ces handicapés, vécus par ces mères d’handicapés, par ces sœurs d’handicapés, par ces aides et moniteurs d’handicapés, ces autres jours, radicalement Autres. Il y découvre un fonctionnement rare selon les règles hermétiques et intransigeantes que les troubles imposent. Il y connaît ces autres mondes poétiques, attendrissants, vivants, qui soudain peuvent basculer dans le chaos du caprice obsessionnel érigé en loi, dans celui de la gestualité rituelle, de la violence, de l’imprévisibilité et de la souffrance.

Public et pudique

La dramaturgie faite de scènes bien articulées permet aux trois acteurs de camper sans transition des situations profondément personnelles et justes. La troupe a choisi de montrer l’expérience, le détail, la réalité des gestes et des mots, changeant en permanence de personnages et de registre. Passant du cas d’une tétraplégique qui ne parle pas et dont la surveillance est confiée à la sœur normale, jalouse car sacrifiée, à celui d’une enfant à peine retardée qui voit dans Madonna le symbole sauvage de la féminité, de la puissance et de la sensualité brutale, on passe de la pesanteur des grimaces pathologiques angoissantes et répétitives, au rire clair et franc.

Ce spectacle évidemment est un jeu d’acteurs. Sur scène il n’y a pas de handicapés. L’œuvre ne s’adresse pas à un public de handicapés. Ce n’est pas un théâtre cathartique ou curatif, ce n’est pas une dénonciation de l’intolérance, ni une apologie de l’handicapé comme nouveau sage ou nouveau voyant. Doucement, humainement, justement, cette œuvre raconte publiquement à ceux qui l’ignorent ce qu’est le handicap, ses beautés et ses douleurs immenses. Desde lo invisible questionne la vie, la beauté et le monde, en nous les restituant selon les yeux de ces personnes handicapées, ces fous, ces isolés, ces silencieux.

Frédérique MUSCINESI (Madrid)

Desde lo invisible, Sala Triángulo
Mise en scène : Rolando San Martin
Acteurs : Isabel Rodes, Victoria Teijeiro, Didier Maes
Dramaturgie : Irma Correa, Rubén Tejerina
Scénographie : Alicia de Miguel, Enrique Benito, R. San Martin
Réalisation technique : Enrique Benito
Musique : Jose Manuel Pizarro 
Costumes : Ikerne Giménez, Alicia de Miguel
Lumières : Ros Video : Raúl Arias, Alberto Zuya, Germán Michilena, Josti Hernández

Spectacle joué en décembre 2006 à la Sala Triángulo, calle Zurita 20, 0034 91 530 689

+ d'infos sur le site de la compagnie : www.laquintanateatro.com

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Chronique Fraîche