Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

4 janvier 2007 4 04 /01 /janvier /2007 13:02
LES RELATIONS NON ÉQUITABLES

Dans notre monde où l’économique prime sur l’éthique, il est normal que les artistes se penchent sur la façon dont "malfonctionne" notre société. Si l’homme devient marchandise, plutôt que force de travail et de créativité, les rapports entre les êtres sont déformés et décharnés.

Le spectacle chorégraphique de Koen Augustijnen et des Ballets C de la B, accueilli au Théâtre des Tanneurs à Bruxelles, met en relation le passé et le présent, une certaine forme de beauté ancienne et une violence contemporaine certaine. Il tisse des alliances et montre des oppositions. De cette dualité naît une représentation métaphorique de notre univers voué à l’impitoyable.
 Photo © Chris Van der Burght

Devant et à l’intérieur d’un décor évocateur de l’entassement des conteneurs, architecture gigantesque du transit des produits importés et exportés par le port d’Anvers, des danseurs, des musiciennes et un chanteur viennent confronter des perceptions divergentes. Les choix esthétiques mettent en parallèle un art policé et une production qui ne refuse pas les côtés brut de sa forme. En effet, les musiques baroques cohabitent avec l’électronique de Guy Van Nueten. Le chant de l’alto Steve Dugardin sur des vers précieux se mêle aux paroles spontanées d’un des danseurs. Ceux-ci entraînent avec eux le quatuor des violonistes et le chanteur. La chorégraphie intègre danse contemporaine et acrobatie. Les mouvements font alterner agressivité et tendresse, torture et fragilité.

Va-et-vient de jadis à maintenant

Ces perpétuels va-et-vient de jadis à maintenant, de l’humanité à la bestialité, de l’harmonie au chaos, de la liberté à l’oppression constituent la trame d’un spectacle où les tensions s’expriment avant d’être allégées par des pointes d’humour. C’est bien de notre monde qu’il s’agit. Celui où il est difficile d’affirmer ne pas être comme les autres, d’avoir une identité. Celui où le groupe, la bande prime sur l’individu. Là où les pulsions ont pris la place de la réflexion et du raisonnement.
 
Séquence après séquence, sans qu’il y ait d’histoire unique, se construit l’image d’êtres malmenés et malmenants, victimes et bourreaux, en quête d’avoir mais dépossédés d’eux-mêmes. Au milieu de tout cela, des instants d’amour, de solidarité, de vulnérabilité porteurs d’un fifrelin d’espérance. Les violons jouent des airs sublimes que la voix de Dugardin transcende. Les interventions électroacoustiques ont le rêche des grincements de la société. Les danseurs se mettent en danger de torsions, de ruptures d’équilibre, d’escalades des caissons métalliques, de chocs, d’affrontements physiques, de manipulations dont l’énergie dynamise la représentation.

Malgré la diversité des approches, jamais le public n’a l’impression d’un collage fait de bric et de broc. L’ensemble, en dépit de quelques légères longueurs, reste cohérent. Il rend perceptible grâce aux gestes un monde qui se met à mal lui-même.

Michel VOITURIER (Lille et Hainaut)


Import Export
Conception et mise en scène : Koen Augustijnen
Distribution : Lazar Rosell, Koen Augustijnen, Marie Bauer, Juan Bentiez, Gaël Santisteva, Milan, Szypura
Chant : Steve Dugardin
Musiciennes : Eva Vermeeren, Saartje De Muynck, Evelien Vandeweerdt, Herlinde Verheyden Musiques : Guy Van Nueten, Charpentier, Clérambault, Couperon, Hahn, Lambert
Dramaturgie : Guy Cools
Lumières : Carlo Bourguignon et Kurt Lefevre
Production : Les Ballets C. de la B.

Tournée : à la Magdalenazaal de Bruges, le 21 décembre ; à La Rose des Vents de Villeneuve D'Ascq (F) le 9 janvier 2007 ; Théâtre de la Ville-Les Abbesses à Paris (F) du 9 au 11 et du 23 au 27 ; au Centre culturel de Genk le 1 février ; au Hebbel Theater de Berlin (D) du 6 au 8 février ; au Manège de Maubeuge (F) le 20 ; au Rive Gauche de Saint-Etienne-du-Rouvray (F) le 22 ; au Kunstencentrum STUK de Leuven les 26 et 27 ; au Kultur Nord d’Oldenburg (D) le 1 mars ; au Carreau de Forbach (F) le 8 ; à l’Olympia d’Arcachon (F) le 13 ; au Centre Culturel Agora de Boulazac (F) le 15 ; au Stadsschouwburg à Amsterdam (NL) le 21 ; au Teatro Central de Séville (E) les 23-24 ; au Théâtre ForuMeyrin de Meyrin (CH) les 02-03 avril ; à L'Espal du Mans (F) le 24 ; au Théâtre de la Butte de Cherbourg (F) les 26-27 ; au festival de Brighton (GB) du 12 au 15 mai ; au Tramway de Glasgow (GB) du 17 au 19 ; au Teatro Gayarre de Pampelune (E) le 23 ; au Vooruit de Gand du 6 au 8 juin ; au South Bank de Londres du 12 au 14 ; au Dance Center de Kalamata (GR) les 21 et 22 juillet ; au Zürcher Theater Spektakel de Zurich (CH) du 21-23 août ; au Torinodanza de Turin (I) les 21-22 septembre ; au CC De Warande à Turnhout le 4 octobre ; au Culturgest de Lisbonne (P) les 12 et 13 octobre ; au Grand Théâtre de Luxembourg (L) du 18 au 20 janvier 2008 ; au Stadsschouwburg de Groningen (NL) le 15 février. 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Chronique Fraîche