Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

31 janvier 2007 3 31 /01 /janvier /2007 23:04
Une maison dans la campagne berlinoise au bord d'un lac. Johannes Vockerat, jeune philosophe, vit avec sa femme Käthe, faible depuis l'accouchement de leur fils. Madame Vockerat est venue soulager sa belle-fille.

Johannes n'avance pas dans la rédaction de son ouvrage philosophique consacré au matérialisme. Arrive alors par surprise une jeune étudiante russe. À la grande satisfaction de Johannes, mademoiselle Anna s'intéresse à ses écrits : il l'invite à rester quelques jours. Très vite, ils se sentent attirés l'un par l'autre, intellectuellement et affectivement. Käthe tente de prendre pour modèle la femme émancipée qu'est Anna, mais sa jalousie l'emporte et elle tombe malade. Johannes est écartelé entre les deux femmes. Sa mère intervient et demande à "cette personne" de partir. Il est trop tard. Johannes menace de se suicider si on le sépare d'Anna.

Cimetière de l'émancipation individuelle, la famille aura-t-elle raison de l'inexorable passion? L'ordre parental ruinera-t-il les aspirations de liberté des jeunes gens? Dans cette peinture d'une petite bourgeoisie intellectuelle en lutte avec les modèles anciens, ces âmes solitaires se débattent entre rigueur morale imposée par la religion et la pulsion de vie cherchant à briser le carcan... Comme le souligne Jörn Cambreleng, "le drame familial, par petites touches, évoque une marmite où se mijote le XXe siècle".

Titre : Les Âmes solitaires
Auteur : Gerhart Hauptmann
Editeur : Editions Théâtrales - Janvier 2007
Prix : 15 euros

La pièce est créée ce mardi 30 janvier du 30 janvier au 8 février à la Comédie de Valence et du 20 février au 4 mars à la Comédie de Genève dans une mise en scène de Anne Bisang.

Directrice de la Comédie de Genève depuis 1999, Anne Bisang est une metteure en scène dont les choix sont marqués par le souci constant d'interroger différentes réalités sociales par le biais de textes forts et variés, qu'elle appréhende à partir de son esthétique particulière, souvent décalée et toujours percutante. Nous l'avons invitée à emmener la troupe de la Comédie de Valence à la rencontre de Gerhart Hauptmann. Ce dramaturge, contemporain d'Ibsen et Strindberg, peu connu des francophones et pourtant père de l'école naturaliste en Allemagne, est un auteur qui a influencé tout le théâtre européen. Il a reçu le prix Nobel de littérature en 1912.

Une peinture familiale aux teintes tchékhoviennes, avec la troupe de la Comédie de Valence.

Ces âmes solitaires ont indéniablement des affinités avec Ibsen. À l'écart des bruits du monde, les personnages de ce drame domestique évoluent dans le décor idyllique des rives du Müggelsee. Comme pour mieux faire couver le brasier sous l'apparente douceur de vivre. C'est là que Johannes, libre penseur issu d'une famille pieuse, s'est retiré avec femme et enfant pour écrire une œuvre philosophique sans concessions sur son époque. Mais Johannes est en proie au doute : ni le calme bucolique des lieux ni les joies de la famille n'offrent de réponse à ses tourments, qu'il pense pouvoir enfin partager avec une jeune intellectuelle qui fait irruption dans ce huis clos familial. Gerhart Hauptmann trace des personnages en quête d'une sérénité impossible à saisir, livrés à une terrifiante solitude dans leur univers intime, et montre ainsi toutes les failles des valeurs traditionnelles qu'aucun autre modèle ne parvient néanmoins à remplacer. Et l'on se dit que des échos de Tchekhov planent aussi sur ces âmes solitaires.

Coproduction de la Comédie de Genève et de la Comédie de Valence – Centre dramatique national Drôme-Ardèche. Avec la participation artistique de l'ENSATT.

Source :  www.editionstheatrales.fr

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Chronique Fraîche