Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

1 février 2007 4 01 /02 /février /2007 22:05
HISTOIRE D'UNE RÉGRESSION

Dans le cadre de ses « Lectures en scène », en partenariat avec Beaumarchais et la S.A.C.D., la Cie Saliéri Pagès (Le Ring Théâtre) vient de nous faire découvrir une oeuvre insolite, parfois déconcertante.

« Ils seront là bientôt, les hommes ? »
de Michel Bellier est une oeuvre qui se situe entre Kafka – pour ses personnages et les événements qu'elle raconte - et Dubillard – pour son écriture et les échanges verbaux entre les protagonistes de cette histoire. Un trio d'individus incertains et quelque peu clownesques, Yak, Sol et Bel, hommes ou femmes ? on ne sait pas !, savourent au sein d'une nature sereine et bucolique, des instants paisibles. D'où vient alors que s'installe en chacun d'eux une peur diffuse qui, peu à peu, va s'accroître et se communiquer de l'un à l'autre comme sous l'effet d'une sourde et irrationnelle menace ? La journée s'achève, la nuit s'installe dans la forêt où nos personnages se sont réfugiés... Dans les branches supérieures des grands arbres, des singes s'agitent. Un processus de régression se met en route... Jusqu'au cannibalisme ! Derrière un discours qui semble organisé, le cerveau cortical, sans pour autant disparaître, semble laisser de plus en plus la place au cerveau primitif, voire reptilien.

Le titre de l'oeuvre, en forme de question chargée d'ironie – ce sont vraisemblablement les singes qui, là-haut, se la posent - nous laisse bien entendre que, derrière l'évolution de l'être humain vers la pensée abstraite et la prétendue civilisation moderne, les pulsions animales primitives, les peurs paniques, la barbarie, sont toujours là, et que c'est et ce sera toujours en vain que l'homo sapiens sapiens cherchera à s'en affranchir !

Pascal Billon, Marie Pagès et Benoît Thévenoz ont prêté leurs voix à ces trois personnages singuliers, au fond étrangement semblables à nous-mêmes, spectateurs, tandis qu'Aïni Iften nous donnait à entendre les didascalies. Nicolas Geny, metteur en scène invité, intervenait en plusieurs occasions pour suggérer aux comédiens des ébauches de mise en espace.

Henri LÉPINE (Avignon)

Prochaine « Lecture en scène » :
« Gloria Venus » de Hugo Paviot, le jeudi 1er février 2007 à 20h30.
Metteur en scène invité : Gérard Gelas.
Le Ring, Renseignements, réservations : 04 90 27 02 03.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Chronique Fraîche