Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

12 février 2007 1 12 /02 /février /2007 17:45
Outre le "seul en scène" mis au féminin, des auteures s'emparent également de plus en plus de la scène : écrivant, adaptant, traduisant, mettant en scène, jouant et… cumulant toutes ses activités parfois pour un même spectacle.

Après Véronique Olmi , auteure et Magali Pinglaut, interprète de "Bord de Mer"(1), une autre auteure, Stéphanie Benson, une autre interprète Anne-Pascale Clairembourg pour des "Jours de Pluie" au Z.U.T. (2) tandis que auteure et interprète, Layla Nabulsi, s'entoure de six excellentes comédiennes pour évoquer l'histoire d'un fleuve en crue, d'un village menacé, de ses habitants, chinois, sacrifiés et… de la dernière des Mohicans chinois dans "Le Peuple Sans Nom ou la colère du fleuve" au "Théâtre de l'L"(3).

Tout cela ne donne pas de jolis "ouvrages de dame" mais des constructions en béton lancées dans la mare des préjugés et des idées toutes faites. Ca éclabousse, ça fait des chauds et froids salutaires portés par une fureur contenue, très puissante, alors qu'on a été la chercher en vain dans un "Cabaret Furieux" à "l'Atelier 210" (4), plaisant certes, et rondement mené, mais où les références annoncées à Picabia, à l'humour noir, étaient illustrées avec… parcimonie. A l'inverse, en janvier à Charleroi, un traitement en profondeur et des moyens multimédias grandioses avaient été mis au service de l'adaptation de "Penthesilea" (5), de von Kleist, par Marcel Berlanger, mise en scène et interprétée par Françoise Berlanger, superbe amazone…

"Jours de Pluie" ou comment parler de chocs avec délicatesse

L'auteure est Anglaise, ayant fait le choix de vivre, parler, écrire en français. Et d'aller à l'essentiel. A la pluie (dispensée tout au long du spectacle), la pluie qui s'acharne sur son anti-héroïne, pluie grise, mélancolique, des souvenirs comme celle, dure, des orages réels, les épreuves vécues dans une vie sans repères et sans père. Fragile d'apparence, elle a tenu bon contre vents violents et marées noires. Une sorte de distanciation, d'innocence même, l'avait préservée du plongeon fatal, "imperméabilisée" en somme, jusqu'à ce qu'elle sorte aujourd'hui de sa carapace et laisse couler les mots, simples… "ses mots à elle". Et nous écoutons, attentifs, ce qu'elle nous confie, avec ses parenthèses parfois drôles au milieu des drames, ses chuchotements ou ses révoltes, avec toute la présence folle d'Anne-Pascale Clairembourg et la pertinence des options de la metteure en scène Miriam Youssef et des scénographes Marcos Bassols et Valérie Yourrief.

"Le Peuple Sans Nom ou la colère du fleuve": fusion d'un texte et de l'inventivité de l'interprétation

Indissociables l'un de l'autre; un texte tourneboulé, partagé, qui vole littéralement de personnage en personnage, masculins comme féminins (une bonne quinzaine), chacun se départageant encore en plusieurs actrices, quand elles n'incarnent pas le fleuve (dans tous ses états), un chien, un dragon ou un lampadaire, ou encore ne se muent en bruiteurs ou chanteurs tous styles ! Encore une histoire d'eau.

Et une histoire de jeune fille - "Eté" - qui tient bon, elle aussi, contre vents, marées, inondations. Eh oui, il y a de la Mère Courage et du Candide à la fois dans cette valeureuse Eté capable du courage de fuir ! Avec en exergue une citation terrible datée de… 1925, Luxun : "notre civilisation chinoise tant vantée n'est qu'un festin de chair humaine accommodée pour les riches et les puissants…" Quatre-vingts ans plus tard, dites : "nantis" et "décideurs" et les choses ont-elles changé, en Chine comme ailleurs ? Même si l'action est bien située en Chine, face à l'impuissance des sans-noms en Chine, partis pour être sans-papiers en Europe, le contexte s'élargit (hélas); le tragi-comique permanent, le parti pris de la dérision et de la moquerie des décideurs et ordonneurs de tout poil, nous rappellent d'autres événements, plus proches. Les interrogations finales de la petite Eté face à tout un avenir possible (ou impossible ?) deviennent alors celles de toute jeune "terrienne". Il faut les citer toutes, ces actrices habiles, agiles : Marie Bach, Yamina Cheurfa, Jo Deseure, Cecilia Kankonda, Cachou Kirsch, Véronique Stas et Layla Nabulsi, à la fois auteure, metteure en scène et comédienne : un fameux équipage !

A signaler également le projet collectif et "citoyen" : "Les Hommes quand même/titre provisoire" (6), une expérience intéressante d'élaboration de spectacle de et par des femmes - pas moins de treize- depuis le stade "page blanche et témoignages" jusqu'à la représentation, encadrement et coach prévus par une auteure, Chantal Myttenaere et un metteur en scène, Xavier Lukomski avec tous les moyens techniques d'un théâtre professionnel. A signaler-souligner que cette réalisation (la 3e à présent) s'inscrit dans un projet plus vaste et récurrent de "faire parler un quartier, une ville", le théâtre étant situé dans le fameux "cœur" bruxellois "des Marolles", quartier populaire s'il en est !

Alors ? Pas que bavardes, les femmes, pas que promptes à prendre la parole… mais aussi avides de la concrétiser, d'agir, et de secouer celle des hommes qui, trop souvent, s'égare en palabres vaines et discussions sans lendemain.

Suzane VANINA (Bruxelles)

1* "Bord de mer" au Théâtre le Public jusqu'au 17.02, puis tournée
2* "Jours de Pluie" du 18.01 au 10.02 au Z.U.T./02.410.23.20 - 0498.109.440
3* "Le Peuple sans nom…" du 30.01 au 11.02 au Théâtre de l'L"/02.512.49.69
4* "Le Cabaret Furieux" jusqu'au 10.02 à l"Atelier 210"/02.732.25.98
5* "Penthésilée" au B.P.S. 22 à Charleroi
6* "Les hommes quand même…" / Théâtre Les Tanneurs / 02.512.17.84

Crédits photos © dans l'ordre d'apparition
Françoise Berlanger : "Penthésilea" : photo Thierry Monasse
Anne-Pascale Clairembourg : "Jours de Pluie", photo Pierre Bodson
"Le Peuple sans nom", photos "Théâtre l'L"

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Chronique Fraîche