Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

17 février 2007 6 17 /02 /février /2007 11:56
ROBERT HIRSCH, MAÎTRE DES LIEUX

Après le succès rencontré par la pièce fin 2006, le Théâtre de Paris reprend la mise en scène de Didier Long, dans laquelle l’acteur, octogénaire, montre qu’il conserve un appétit de jeu hors normes.

Un capharnaüm abrite ce huis clos. Véritable taudis, terne, jonché d’épaves. Des lits de fer aux matelas éculés, une pile de malles et de valises qui prennent la poussière. Lieu d’errance immobile. Habité par Aston et Mick (Samuel Labarthe et Cyrille Thouvenin), deux frères ou supposés tels. Un matin, le plus âgé, Aston, grande baraque d’allure martiale, y ramène Davies (Robert Hirsch). C’est un vieillard, une cloche décatie qui fuit les emmerdements de la veille. Aston et Mick lui proposent de faire office de gardien. Davies accepte. Déjà, il inspecte, jauge l’état du matelas, s’installe. Sous un flot incessant de commentaires. Des lieux communs à fleur de peau. Sur ses manies du quotidien, sur les Écossais, les noirs. Le vieil homme est regardant quant à la couleur de peau du voisinage. Ce à quoi Aston répond, laconique, ambigu. Leur bavardage ne fait pas longtemps diversion. Pourquoi ces êtres paumés se paient-ils de mots ? Que cachent-ils ? Qu’attendent ils ?

Photo © DR

Faux semblants

Ecrite en 1959, Le Gardien est l'une des pièces qui a apparenté son auteur, Harold Pinter, au théâtre de l’absurde. A l’instar d’un Beckett, elle exploite le thème de l’attente, montre des personnages travestis par leur langage. On a dit de Pinter, récent Prix Nobel, qu’il « découvrait l’abîme sous les bavardages ». Ses héros, ou plutôt ses antihéros, avancent masqués. De Davies, ce n’est d’ailleurs pas son vrai nom, comme des deux autres, on ne saura rien ou presque. Peu importent leurs attaches, leurs parcours. Reste leur malaise derrière les faux semblants.

Dans cette version de Didier Long, Robert Hirsch est lâché comme dans un jeu de quilles. De la bête de scène vorace qui, dans sa longue carrière, a vampirisé une liste de pièces épaisse comme l’annuaire, il reste à peu près tout. Sous l’allure frêle et dégingandée se cache un ogre. Remonté comme une pendule, bardé de tics, dans une incessante danse de Saint-Guy, sitôt son entrée, il couine, souffle, peste, râle, fulmine, tempête, gronde. Il use de tous les registres, du grotesque, s’appuie sur le public comme au boulevard, se sent pousser des ailes, en fait trop, vise juste l’instant d’après. Il joue. Un rôle qui lui ressemble. Et avec une facilité étonnante, il tire toute la couverture à lui. En face, pendant ce temps, on regarde un peu passer le train. Samuel Labarthe, hiératique, joue de l’ambivalence d’un ton monocorde. Cyrille Thouvenin est un peu tendre. L’idée qu’il puissent avoir raison du vieil homme s’émousse. Robert Hirsch est passé maître des lieux, sans trop d’ambiguïté.

Hugo LATTARD (Paris)

Le Gardien
De Harold Pinter
Mise en scène de Didier Long
Adaptation de Philippe Djian
Avec Robert Hirsch, Samuel Labarthe, Cyrille Thouvenin

Théâtre de Paris, 15 rue Blanche, 75009 Paris - réservation 01 48 74 25 37
Jusqu’au 06 mai 2007

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Stéphane 17/02/2007 12:14

Robert Hirsch y est effectivement magnifique ! Quand on se rappelle son Tartuffe pour la Comédie Française (il y a trente, quarante ans ?), un Tartuffe séducteur, donjuanesque, sans état d'âme, qui aurait pu se vêtir des oripeaux du médecin, comme du curé, on y retrouve un Hirsch comme dîtes très bien qui "vampe" les spectacteurs et fait brûler la scène. Et aussi cette pièce de Pinter, belle lecture anti- totalitaire en filigrane. Une charge contre celui qui vient chasser l'autre de son espace de vie pour le mettre dans des réserves ou dans des camps... Ou tout simplement pour coloniser loin ou pas si loin de chez soi, n'oublions pas que Pinter est anglais...

Chronique Fraîche