Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

2 mars 2007 5 02 /03 /mars /2007 19:47
BXL BRAVO, la "Fête des Arts"(1) qui va "faire bouillonner" Bruxelles le premier week-end de mars, est un festival?de plus. Car il faut dire qu'il n'y eut pas de trêve, de confiseurs ou autres, et que 2007 a continué sur la lancée de 2006, en forme de corne d'abondance : prolongations et nouvelles créations, nombreuses, fleurissant un peu partout sous nos cieux cléments?

Et tandis qu'à Liège s'est déroulé un Festival International important de "jeune création" (fidèle en cela à une vieille tradition), certains théâtres bruxellois imaginèrent des mini-festivals où de jeunes talents, aussi, eurent l'occasion de se faire apprécier. Regroupés sous un thème : "La Confusion des genres ou bas les masques" au Varia* ou tout simplement avec un titre générique prometteur comme ce "Festif' Festival"/"la parole est aux Jeunes z'Artistes" par le Théâtre du Grand Midi, abrité depuis quelques années dans les murs de l'XL-Théâtre (2).

Le Festival de Liège


La plupart des spectacles de cette programmation liégeoise ont fait ou feront parler d'eux car vus à Avignon comme "Les Marchands" ou à Bruxelles :"Saadi, agence de gaîté", ils seront accueillis ensuite en décentralisation un peu partout, dont cinq à Bruxelles notamment, grâce au fait qu'avant d'être à la tête du Théâtre National, Jean-Louis Colinet avait repris la direction du Festival en 1999.

Alors que "La Cerise sur le Gâteau" annonçait résolument la couleur, celle du café-théâtre (dans le grand foyer du CC d'Uccle), et ne prétendait pas aux découvertes - avec une programmation pour le moins éclectique allant de "Mozartissimo" à la petite robe rouge de Pascale Delagnes en passant par les "Enfants de Solo" de Claude Semal - mais visait plutôt à accrocher des artistes qui sont plutôt du genre météore et dont on rate souvent le passage pour cause de "nomadisme", Bernard Damien voulait, lui, avec son Festif' Festival, constituer un tremplin pour de jeunes talents, dont une majorité féminins? Directeur du Théâtre du Grand Midi, comédien, Bernard Damien est par ailleurs aussi un des rares professeurs (à Mons) de "seul en scène", un "genre" qui se porte de mieux en mieux comme nous le savons !

Le point d'orgue du Festival était une "biographie animale", la vie tumultueuse de : "Un Poisson nommé Saphir" de Stephanie Blanchoud, mis en scène par Martine Willequet, comme un exemple à suivre?C'est un petit bijou que d'aucuns sont venus revoir (vu au Festival de Spa cet été), parfaitement rodé, par une comédienne, Catherine Decrolier, dont on se dit que décidément, "'elle promet", et compte tenir puisqu' elle annonce un deuxième projet : "Les Dernières volontés", avec unE complice, et "humaine" cette fois : Julie Duroisin (3)? "La Confusion des genres" au Varia (4), également sur le principe d'un nombre réduit de représentations pour chaque spectacle, proposait sous ce thème des créations disons "audacieuses" et pour le moins variées, qui n'ont pas toujours fait l'unanimité parmi les spectateurs mais qui avaient le mérite de ravager les idées bien plantées sur le masculin/féminin.

Plus littéraire comme le "Rangez vos poules" de Virginie Thirion écrit pour et interprété par Alexandre Trocki ou plus physique comme "Fucking Boy" mis en scène par Armel Roussel/Utopia (référence en matière d'aventure théâtrale radicale) avec Pierre Megos, ainsi que Florence Minder, Astrid de Man et Sophie Sénécaut.

Avec "J'ai gravé le nom de ma grenouille dans ton foie" de la "Clinic Orgasm Society" avec Mathylde Demarez et Ludovic Barth, qui secoua jusqu'en Avignon l'été 2006, le point commun de tous ces spectacles, en plus du thème général est la prodigieuse inventivité comme l'absence de toute "retenue" de ces jeunes créateurs. Particulièrement en phase avec les préoccupations (ou non), les contradictions et les ?acceptations de la société actuelle est le coup de poing énorme et rageur que donne ce fucking (poor) boy? tandis que c'est par la dérision, l'originalité du mélange conte déjanté + comédiens hilarants + emploi (pas du tout gratuit !) de la vidéo et l'ingéniosité de l'idée même, du concept, de la pièce "à l'endroit-à l'envers" (défense d'en dire plus car à ne pas rater ! En tournée avec une bonne trentaine de dates déjà arrêtées pour la Belgique et la France!) que se manifeste surtout la Clinic Orgasm Society, toute jeune compagnie bruxelloise.

Suzane VANINA (Bruxelles)

1* www.brxlbravo.be
2* Théâtre du Grand Midi/XLThéâtre, Ixelles/02.513.21.78/0475.519.118 - www.xltheatredugrandmidi.be
3* voir www.cafetheatredelatoisondor.be
4* Théâtre Varia, Ixelles/02.640.82.58 ? www.varia.be

Photo © : Catherine Decrolier et le poisson Saphir Pierre Megos - "Fucking Boy" : Jacques Verees Ludovic Barth - "J'ai gravé..." : C.O.S.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Chronique Fraîche