Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

24 mars 2007 6 24 /03 /mars /2007 23:55
 On est bien peu de chose

Deux comédiens, vêtus et coiffés de noir, articulent leurs doigts habillés de post-it pour donner à chaque figure une histoire sur un fond musical. Il est toujours surprenant de découvrir comment se créent des personnages et la façon dont ils parviennent à nous captiver. C’est en tout cas ce que s’est mis en tête Johanny Bert, metteur en scène et responsable artistique du Théâtre de Romette dans la ville du Puy-en-Velay en Auvergne.

Après Le Petit bonhomme à modeler, une création jeune public qui a donné lieu à 500 représentations, c’est cette fois-ci à travers un jeu de masque figuré par des post-it, lesquels sont en vérité des marionnettes porteuses de messages, comme ils le sont aussi dans l’usage courant, que s’exprime la magie des mots et des situations. Pour cela, la commande d’écriture adressée à quatre auteurs que sont Emmanuel Darley, Perrine Griselin, Fabienne Mounier et Sophie Lannefranque laisse au public la perplexité de comprendre la valeur de ces messages que l’on se laisse ou s’adresse quotidiennement sur le frigo, au bureau ou à côté du téléphone. Des mots oubliés qui, s’ils étaient les derniers, prendraient alors tout leur sens. Des messages trop courts pour constituer une correspondance et prompts à ne signifier qu’un détail, une urgence. Bref, une fois lus, leur existence se périme.
 Photo © DR

A la croisée du corps et de l’objet, cette façon de raconter à travers le jeu de supports visuels des histoires est pour le moins singulière. Des personnages se succèdent dans différentes postures ou attitudes dessinées au feutre sur les post-it. Et ils sont tour à tour souriants, grimaçants ou choquants.

Des histoires qui grincent


Les mots s’entrechoquent parfois avec les mines des uns et des autres mais laissent apparaître des histoires de tous les jours où se croisent le quotidien, le nouveau, le triste, le singulier et l’exceptionnel. Les objets marionnettes ainsi constitués appellent de leurs mots les thématiques telles que la famille, la société de consommation et la peur de vieillir. Bref, ils nous parlent de notre monde. Le caractère froissable ou jetable de chaque individu porteur de message ajoute un rythme et une brièveté qui renvoient à l’éphémère, l’absurde et l’inutile. Au bout du compte, ce qui reste a été dit et jeté dans l’oubli. Froissé. Non sans humour. Et, si l'on est bien peu de choses dans nos sociétés où tout est consommable, ce petit rien mérite un détour. Simple et naïf à souhait.

Christelle ZAMORA (Montpellier)

Histoires de Post-it
Textes de Perrine Griselin, Emmanuel Darley, Fabienne Mounier, Sophie Lannefranque.
Mise en scène de Johanny Bert. Assistante mise en scène de Chantal Péninon.
Avec Maxime Dubreuil et Julien Geskoff.
Scénographie : René Delcourt. Dessins de Gaby Chervalier.

Vu au théâtre d’O à Montpellier Prochaines dates Lyon TNG (29 et 30 mars 2007) ; Riom Service culturel le 31 mars, Clermont-Ferrand La Comédie Scène nationale (25 au 27 avril) Lyon Théâtre des Clochards Célestes (2 au 6 mai) ; La Rochelle Carré Camelot (12 mai).

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Chronique Fraîche