Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

28 mars 2007 3 28 /03 /mars /2007 11:44
GÉNÉREUSE  À PLUS D'UN TITRE

C'est à Wolubilis-Village Culturel *, tout nouveau centre culturel (printemps 2006), que nous est revenue celle qui a été l'une des révélations du dernier Festival d'Avignon : Viviane de Muyck avec La Poursuite du Vent, version française.


La Poursuite du vent est la co-adaptation du livre auto-biographique de Claire Goll par Viviane de Muynck et Jan Lauwers (également pour mise en scène et scénographie), tout cela en étroite collaboration et concertation au sein de la Need Company, révélation elle-même d'Avignon 2004 avec "La Chambre d'Isabella" au Cloître des Carmes. Avant Avignon 2006, nous avions pu voir (au Kaaitheater de Bruxelles, et encore en reprise en 2007), ce "Lobster Shop/Le Bazar du Homard", qui lui, y fut moins bien accueilli que "La Poursuite du Vent" ("Alles is ijdelheid" pour sa version scénique originale")… : trop violent ? trop "déjanté" ? trop "flamand" ? A moins qu'il ne s'agisse là d'une version moderne du fameux "surdrame", ce théâtre… surréaliste qu'avait imaginé Ivan Goll, l'époux de cette Claire-Clara, un vrai "personnage" ?
 Viviane De Muynck - Photo © Maarten Vanden Abeele

Viviane-Claire Goll à la Poursuite… de ses souvenirs

Viviane de Muynck… qui est à l'aise en Allemagne, comme en France, aux Pays-Bas ou en Espagne (elle connaît 5 langues), sur scène comme au cinéma ou animant des stages, a dû attendre la reconnaissance de sa valeur un bon nombre d'années ! Avec la manie des rapprochements, on l'a comparée à Simone Signoret. Il faut savoir qu'elle-même ne s'en plaint pas - du reste "elle en a la carrure" - et la légende dit déjà qu'elle serait allée se recueillir sur la tombe de la grande figure française… C'est une figure moins connue qu'elle a choisi d'incarner ici : Claire Goll, au destin étroitement lié à celui de son époux Yvan Goll, en opérant une adaptation partiale et partielle de ses mémoires d'après leur version néerlandaise, d'abord. Claire Goll ne fut pas elle-même un témoin objectif, mais femme passionnée, assénant, péremptoire, jugements sans appel, remarques caustiques, conclusions désabusées : "aujourd'hui je sais qu'il n'y a rien à attendre de l'homme et de son histoire…"

A la fois jouisseuse et observatrice, sensuelle et vouée au culte de l'homme de sa vie, cette "Claire" Goll reste un témoin rare (fusse au travers de ses lunettes) de ce qu'ont été les mouvements dada et surréaliste en France, comme elle s'y entend à dévoiler la face cachée des grands hommes – André Breton, Rainer Maria Rilke, Picasso, Dali, - qu'elle a bien connus, côtoyés, détestés et aimés durant ses quelque 85 années d'existence (1890-1977). Emergeant peu à peu de l'ombre, de l'oubli, une voix d'abord, grave, une présence de plus en plus charnelle, Claire Goll est là. Sans grands effets mais dans une parfaite décontraction teintée d'ironie, Viviane, dont elle n'a emprunté à Clara que les lunettes carrées, nous en donne une image tout ce qu'il y a de plus crédible. C'est qu'elle s'en est sentie très proche à bien des égards, évoluant dans deux langues, deux cultures, deux métiers (secrétaire polyglotte puis comédienne), ayant le recul de l'âge (née à Anvers en 1940) et d'une solide expérience des planches. Une nature généreuse qui n'a pas le regard amer de Clara….

Suzane VANINA (Bruxelles)

* Wolubilis tire son joli nom de son implantation à Woluwé Saint Lambert (une des 19 communes de Bruxelles) et se veut un "village dans la cité", sur l'emplacement des "Chantiers du Temps Libre", regroupant les activités socio-culturelles qui y existaient et élargissant le pôle d'attraction par une infrastructure comprenant un théâtre de 500 places et divers espaces d'accueil culturel.

La Poursuite du vent
Mise en scène : Jan Lauwers
Avec : Viviane De Muynck
Production : Needcompany
Coproduction : Théâtre de la Ville (Paris) - Festival d’Avignon
13 et 14 février 2007 au Wolubilis-Village Culturel.


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Chronique Fraîche