Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

30 mars 2007 5 30 /03 /mars /2007 12:29
DE L’ÉLECTRICITÉ DANS LES AIRES

Parmi les productions expérimentales de la jeune création française présentées à l’occasion de l’annuel mini-festival « Labomatic » de la Rose des Vents, le spectacle La Ménagerie d’Arnaud Anckaert, formé à Bruxelles, tente de théâtraliser les tensions qui surgissent dans l’aire familiale.

En guise de fond de scène, une douzaine d’écrans de taille et de hauteur différentes, regroupés comme pour une photo familiale. Y seront projetés des clichés, des textes, des fragments de films, des transmissions en direct ou en différé des actions des comédiens. Côté jardin, la régie, un musicien derrière son clavier, un écran replié, une caméra et un rétroprojecteur. Celui-ci servira à mettre des sous-titres, à cadrer le visage des interprètes venus faire identifier leur personnage. Côté cour des éléments de cuisine dont un four micro-ondes. Baladeuses, une table et des chaises joueront à géométrie variable sur le plateau.

La Ménagerie, c’est la famille. Avec un minimum de texte, avec un maximum de signes physiques, d’actions réelles ou stylisées de manière répétitive à la façon de Pina Baush ou de Vandekeybus, les protagonistes tissent les réseaux des relations entre enfants et parents, entre sœurs et frères. Besoin d’amour et de tendresse, ennui des réactions trop prévisibles, rejet des uns par les autres, alliances des uns contre les autres, absence du père constituent la trame.

Le chaos des tensions internes


Les séquences se succèdent sur un rythme saccadé. Elles sont entrecoupées de ruptures sous forme de commentaires écrits, de poses figées, de saisies photographiques, d’une intervention du metteur en scène, d’insertions musicales en direct. Elles reprennent, se cassent et repartent à l’assaut de l’espace scénique. L’anecdotique devient l’essentiel, le révélateur des éléments cachés sous la surface policée des accointances entre les êtres, des manières conditionnées. Les rituels délimitent une topologie relationnelle mouvante. Ils contiennent les violences exacerbées prêtes à resurgir au moindre dérapage verbal ou gestuel. La salle, plongée seulement par intermittence dans l’obscurité, est en position de témoins, de scrutateurs. Elle est sensée retrouver ses questionnements à travers ceux des membres de la mini-tribu.

Le temps divague. Il se distend comme le plateau autour du noyau affectif constitué par la table des repas. Des fragments se complètent. Parfois semblent se contredire. C’est un chaos organisé pour traduire le malaise des gens, leur difficulté à s’entendre, à se supporter, à s’aimer. Il est ponctué de citations évoquant notamment l’antipsychiatrie des années 70.

L’équipe est totalement complice. Roland Depauw, Capucine Lange, Patricia Peklezian, Maxence Vandevaelde habitent une mise en scène qui fait mine d’être désinvolte et brouillonne, alors qu’elle est chorégraphiée, agencée, à peine perturbée par l’aléatoire de détails incontrôlables.

Michel VOITURIER (Lille)

La Ménagerie
Texte : emprunté à des sources diverses
Mise en scène : Arnaud Anckaert
Distribution : Roland Depauw, Capucine Lange, Patricia Peklezian, Maxence Vandevaelde Chorégraphie : Marie Letellier
Vidéo : Juliette Galarmez
Lumières : Olivier Floury
Musique : Maxence Vandevaelde
Production : Théâtre du Prisme - 12 avenue Jean-Baptiste Lebas, 59650 Villeneuve

Partager cet article

Repost 0

commentaires

dorian 23/05/2007 18:57

felicitation a arnaud et capu (et aux autres d'ailleur),la menagerie a l'air plus qu'interessante......et de plaire surtout........si la compagnie se deplace sur paris j'irai surement jetter un oeil........
enore bravo

mike 09/04/2007 18:04

j'ai vu cette piece que j'ai trouvé parfois drole, touchante et parfois virant vers l'étrange.

Chronique Fraîche