Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

31 mars 2007 6 31 /03 /mars /2007 00:27
SOLOS SOLILOQUANTS

La Compagnie Kat’Chaça présente au Théâtre des Clochards Célestes deux courtes pièces dansées dont titre et description retiennent préalablement l’attention. Deux chorégraphies successives où le corps semble vouloir s’expérimenter de manière inédite. Mais de ces formes intrigantes résulte pourtant, après une heure de spectacle, une perplexe appréciation.

Photo © DR

L’Aquarium

Fondé sur la thématique du rêve, cette mise en espace se propose de recréer l’atmosphère onirique, dans un travail qui mêle lutte et fusion entre les mouvements, les sons et les matières. Natacha Paquignon, chorégraphe et unique interprète, évolue entre quatre murs de plexiglas, autour d’une baignoire remplie d’eau.
À l’extérieur de cette prison de verre, le violoniste Pierre Thinet imprègne la salle d’une ambiance étrangement voluptueuse. Comme un poisson dans l’eau, la danseuse alterne amplitude gestuelle et soubresauts imperceptibles, crispation et relâchement des muscles, attitudes saccadées et courbes fluides, habitant ainsi pleinement l’espace. D’un mouvement d’abord circulaire, elle explore les limites de cette aire solide avant de se fondre avec l’élément liquide.
Jouant sur la diversité des perceptions visuelles et sonores, par la mise en relief des contrastes, une proposition chorégraphique sibylline mais où les émotions parviennent à faire surface.

Pourquoi pas à deux ?

Nous pénétrons ensuite dans une seconde salle pour y découvrir un support vidéo où défilent quelques dessins de l’illustrateur Efix. Sur une bande son de Noémie B., l’interprète s’éveille et se meut différemment à chaque nouvelle image projetée à l’écran. De la séduction à l’aliénation, de l’apaisement à la détresse, celle-ci exploite avec justesse les possibilités expressives du corps. Mais de son interaction supposée avec les personnages dessinés, de cette recherche d’incarnation, il ne ressort rien.
Pourquoi pas à deux ?
reste malheureusement un acte solitaire qui donne au spectateur le sentiment d’un chaînon manquant entre la danseuse et ses acolytes non animés. Si les thèmes recherchés du lien, de la solitude et de l’amour émergent de la précision et de la finesse du travail corporel, subsiste néanmoins une impression de non aboutissement et de surcroît, d’incompréhension.
Un spectacle qui pêche par ses éléments mal agencés et qui ainsi dit mal ou n’en dit pas assez.

Danse hermétique

Investissant des lieux variés et inhabituels (hôpitaux, médiathèques…), Natacha Paquignon joint à son travail de création des actions de sensibilisation auprès de divers publics. Cette forme pédagogique et expérimentale intègre les recherches gestuelles à l’approche énergétique et fonctionnelle du corps et passe par la mise en place d’ateliers pratiques. Mais à l’intérêt de telles actions (pour celui qui les pratique) ne correspond pas toujours une mise en représentation réussie. Alors que le corps apparaît comme une source d’émotions intarissable, il souffre ici d’une démarche artistique trop complexe ou mal rendue, et perd de fait la force de son pouvoir suggestif, la beauté de son langage.

Dans cette optique, le premier solo permet plus aisément une intrusion dans l’univers de la danseuse. On regrette cependant qu’il n’en soit pas de même pour la deuxième partie, où le temps s’étire et où l’alchimie ne prend pas. Saluons donc la performance physique qui ouvre aux frissons passagers, au sein d’une représentation, qui, dans son ensemble, reste plutôt hermétique.

Anne CARRON (Lyon)

L’Aquarium - Compagnie Kat’Chaça
Compagnie Kat’Chaça, 4 impasse Gord 69004 Lyon - Tél : 09 50 74 75 67
Chorégraphe et interprète : Natacha Paquignon
Musicien (altiste) : Pierre Thinet

Pourquoi pas à deux ? – Compagnie Kat’Chaça
Chorégraphe et interprète : Natacha Paquignon
Tableaux de Efix, musique de Noémie B., montage vidéo de Maelle Baylion,
Lumières d’Eric Lombral

Du 22 au 31 mars au Théâtre des Clochards Célestes, 51 rue des Tables Claudiennes 69001 Lyon Tél : 04 78 28 34 43

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Chronique Fraîche