Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

2 avril 2007 1 02 /04 /avril /2007 15:09
QUAND ON AIME, ON CONTE

Conter, c'est le vrai "plus vieux métier du monde", on découvre à Bruxelles un univers, et même une maison, qui lui sont consacrés.

Avec le printemps, les Conteurs en balade (1) sont revenus proposer leurs rendez-vous de "balades contées". Les histoires qu'ils racontent ont pour origine les lieux eux-mêmes ou bien ceux-ci servent de décor aéré, mais qu'ils soient guides historiques ou raconteurs passionnés, c'est jusqu'aux derniers jours de l'été qu'ils vont emmener de petits groupes (prudent de réserver) où la convivialité sera un plus ! On reverra également la 18ème édition du Festival du Conte de Chiny (2) titre inspiré par la bonne ville des Comtes de Chiny-sur-Semois (Ardennes belges) où il se déroule du 13 au 15 juillet 2007. Pour conter, on est souvent seul/e, d'où la tentation de parler de "seulenscène", qui est une démarche beaucoup plus proche de celle de la comédie. Ici, il y a quasi implicitement, obligatoirement, une histoire, dont c'est toute la charge d'émotions diverses que les conteur/conteuse, qui se disent volontiers "passeurs", avec, très souvent également, un minimum de moyens, vont communiquer aux spectateurs, en les faisant pénétrer dans l'univers magique de l'enfance retrouvée…
 Photo Cultiv'Art, Nantes - Colette Barbelivien et Olivier Schetrit © DR

Qui raconte puise donc souvent dans la mine d'or des légendes locales comme des mythes universels. Pour Un Signe des Dieux, à La Roseraie (3), Colette Barbelivien et Olivier Schetrit de Cultiv'Art (3), sont allés chercher dans l'Olympe, la riche histoire des divinités grecques. On associe souvent le conteur-passeur à des qualités vocales envoûtantes… avec ces deux comédiens venus de France, c'est la surprise ! Le titre est à prendre dans un autre sens car Olivier Schetrit, formé à l'IVT (International Visual Theater) de Paris, est sourd et raconte, au moyen de la langue des signes et d'une gestuelle absolument étonnante, accompagné par les commentaires ou questions (en français), pertinentes et impertinentes, de sa partenaire, tous deux ne se privant pas de joyeusement mettre en boîte tous ces dieux et déesses bien "humains" par moult côtés ! Une pause dans ce spectacle bilingue : la comédienne entendante se désaltère d'eau fraîche, le comédien sourd reçoit cette même eau sur les mains ; de jeunes et très actifs spectateurs, à la science toute neuve, annoncent les personnages, tous, féminins ou masculins, admirablement campés par Olivier Schetrit, doué d'une autre parole, devrait-on dire… Oui, on rit beaucoup à ce spectacle qui nous a emportés dans un voyage imprévu et supplémentaire : l'univers des sourds. Ces noms sont à retenir car ils circulent sans arrêt sur "les chemins de France et de Navarre", comme se mettent en place des festivals, des rencontres, permettant aux curieux d'autres cultures de les approcher.

La Maison du Conte (4) qui se veut, "théâtre de la parole" n'est pas en reste d'activités, non plus. D'avril à juillet, elle poursuit son travail à la fois d'animations, d'ateliers et de divers événements sous la houlette du maître de maison : Hamadi, auteur-acteur-conteur-chanteur, un Homme sans histoire… le titre (teinté d'autodérision comme on l'aime en Belgique) de sa "saga familiale" qu'il reprend le 27 avril. Parmi un programme très riche, à noter déjà du 26 mai au 1er juin, dans le cadre de "Migrations, Mémoire et Histoire" deux spectacles, une création cette fois, de Hamadi, mais pour la Belgique car il s'agit d'un spectacle qui a déjà été applaudi en France : Enfances, dans une mise en scène de Soufian El Boubsit, une création collective : Et si le Monde n'était pas celui que l'on croit ? et la reprise de La Légende du Mont Ararat. Dans le programme des débats, rencontres, ateliers… Un thème bien explicite :"profession conteur" (19 juin 2007), qui tentera de faire le point sur la situation en Belgique de cet "art de la scène" à part entière.

Suzane VANINA (Bruxelles)

 1* 0497.782.075 – 02.742.08.61 –- www.conteursenbalade.be
2* www.conte.be/festival
3* www.cultivart.free.fr - www.roseraie.org
4* 02.736.69.50 – www.lamaisonducontedebruxelles.be

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Chronique Fraîche