Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

26 juillet 2005 2 26 /07 /juillet /2005 00:00
UNE PASSERELLE CONTRE L'OUBLI

Qui n’a jamais fredonné les premières strophes de Syracuse en pensant à Henri Salvador ou autre Montand ? Ou entonné un joyeux Mon truc en Plume en clin d’œil à une inoubliable Zizi Jeanmaire ? Étonnamment, rares sont ceux qui connaissent la paternité de ces célèbres paroles. Et si les mots semblent désormais gravés dans la pierre de la mémoire collective, le nom de leur auteur, Bernard Dimey, s’abîme dans l’oubli. C’est justement pour lutter contre cette injustice que le Théâtre de la Passerelle a choisi de mettre en exergue ce poète maudit. Un écorché de l’âme et du corps mis en lumières et en ombres sur la scène du théâtre du Balcon. A travers une fresque musicale et théâtrale qui nous livre le personnage dans son univers : le monde de la nuit et du spectacle. Des paillettes et des larmes, des rires, des filles de joie et des troquets de fin de nuit.
Les clairs obscurs se jouent des ombres, les musiciens répondent aux comédiens, les costumes se font accessoires. Et les chansons, comme un fil conducteur, nous conduisent jusqu’à d’éphémères moment d’éternité, comme suspendus dans le vide. Ciselés avec la finesse des brodeuses de Bruges. Alors, sans doute, pourrait-on regretter que les voix des comédiens soient parfois un peu faibles dans certaines chansons. Mais finalement, la prestation n’en est que plus humaine. À mille lieux des chemins balisés d’un show-biz trop avide de succès éphémère. Trop oublieux de ses gloires passées. Trop près du « biz », trop loin de l’homme.
Car l’homme est sans nul doute la clé de voûte de ce spectacle. Avec en tout premier plan Bernard Dimey bien sûr. Et avec lui, tous les oubliés. Ceux du spectacle, et ils sont nombreux. Mais aussi tous les autres, et ils sont plus nombreux encore. Toutes les personnes croisées un jour sur notre route, qui nous permettent d’avancer, chaque jour un peu plus loin sur la route qui est la nôtre. Une leçon de vie, livrée comme un hommage par Michel Bruzat et les siens. Avec grâce. Et talent.


Bernard Dimey, Roi de rien
Avec : Denis d’Arcangelo, Jean-Pierre Descheix, Dominique Desmons, Philippe Lars, Marie-Françoise Rabetaud, Jacques Rabetaud, Sébastien Mesnil, Philippe Coudert, Catherine Sarafu.
Lumières : Franck Roncière
Costumes : Dolorès Alvez
Théâtre du Balcon
Horaire : 17 h 1
durée : 1 h 15

Partager cet article

Repost 0
Published by Karine PROST - dans Festival d'Avignon 2005
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche