Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

29 juillet 2005 5 29 /07 /juillet /2005 00:00
LES DOUX-DINGUES DE LA BALADE

Solidement amarrés sur un drôle de radeau, croisement improbable entre une île déserte et un orchestre de chambre, les Baladingues invitent leur public à un voyage musical détonnant. Un périple qu’ils conjuguent sur des rythmes tantôt vivifiants, tantôt plus langoureux. Et dans lequel le spectateur se laisse entraîner avec bonheur. De leur entrée en scène jusqu’à la dernière note, la magie opère dans la salle. Qu’ils chantent les louanges d’un héros malchanceux, l’épopée d’un Mongol ou la sauvegarde de la planète, c’est à chaque fois un univers tout entier qu’ils mettent en espace. Et ils le font avec maestria.

Car non contents de jouer de la guitare, de la contrebasse, du cajon (percussions) ou autre Tap-guitare (nom générique du « Stick » - qui est une marque - instrument américain ressemblant à une guitare électrique dont on aurait supprimé le corps et élargit le manche), les bougres maîtrisent aussi bien l’art de la comédie que celui du jeu de mot (grâce à la complicité de leur parolier, Bruno Morelli). Sans parler de leurs musiques, mélodieuses à souhait. Et l’ensemble forme une alchimie étonnante.

Des rives d’une plage africaine et ses rythmes envoûtants jusqu’aux accords passionnés d’une musique slave, en passant par des sonorités plus « classiques », ces doux dingues de baladins embarquent le spectateur dès les premières minutes du spectacle. Leur décor, petit bijou d’imagination et de poésie, et les jeux de lumières (particulièrement soignés) ajoutant encore à la magie.

Un spectacle dont on ressort les yeux pleins d’étoiles. Et dont on ne sait, des petits ou des grands, qui l’a le plus apprécié.


Les Baladingues
Mise en Scène de David Teysseyre
avec : Serge Hatem et Olivier Chabasse
Paroles de Bruno Morelli
Musique : Olivier Chabasse
Lieu : Théâtre de la Luna.
Horaire :14h15
Durée : 1h

Partager cet article

Repost 0
Published by Karine PROST - dans Festival d'Avignon 2005
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche