Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

20 avril 2007 5 20 /04 /avril /2007 23:52
POÉSIE ICONOCLASTE

Né en 1941 en Syrie et décédé en 1997,  Saadallah Wannous, à la fois conteur et  dramaturge, a écrit une dizaine de pièces dans le cadre d'un théâtre politique, militant mais  aussi d'une grande force poétique. Ce Rituel pour une métamorphose est l'une de ses deux dernières oeuvres.

L'action se situe dans la ville de Damas vers la fin du XIXème  siècle. Un conflit se dessine entre le pouvoir politique et l'autorité religieuse : le mufti (Fida  Mohissen) tend un piège au prévôt des notables (Benoît Lahoz) et le fait prendre en flagrant délit de débauche avec sa maîtresse, la courtisane Warda (Giana Canova), par le chef de la  police. Pourtant, aussitôt après, il demande à Mou'mina (Barbara Greene), l'épouse du  prévôt, de prendre subrepticement la place de Warda auprès de son mari dans la cellule afin  de l'innocenter. Mou'mina accepte le marché à condition que le mufti oblige son mari à la répudier... Or, voici que Mou'mina, qui fut jusque-là la première dame des Notables, s'en vient trouver  Warda pour lui demander de faire d'elle une courtisane dans sa maison... Elle prend le nom d'Almâssa (Diamant), devient très vite une célébrité et l'objet d'un culte érotique généralisé dans toute la ville, au grand scandale des bien-pensants, religieux ou non, notables ou simples citoyens.
 Photo © DR

Cette métamorphose est pour la jeune femme une plongée volontaire dans un gouffre destructeur mais aussi, paradoxalement, une renaissance. Pour elle, devenue ainsi une prêtresse de la transgression des fausses valeurs, mais aussi et surtout pour la cité, collectivité fondée sur le conformisme, la tartufferie,  le machisme, la loi du plus fort... Le  mufti lui-même voit sa vie intime et ses convictions bouleversées par la conduite d'Almâssa pour laquelle il éprouve un désir fou depuis qu'il l'a vue. Seul moyen pour remédier à ce désordre  général : édicter des fatwas très sévères à l'encontre des contrevenants à la loi religieuse, notamment les courtisanes et surtout Almâssa... 

Messianique

Avant d'être tuée par son propre frère,  Almâssa saura donner à son acte la dimension proprement messianique qui, inéluctablement le sous-tend : celle du triomphe des valeurs féminines auxquelles elle s'identifie et que sa  seule présence rend évidentes.  Elle devient ainsi, dit-elle, un conte, une allégorie, une  obsession, un désir, une tentation... Et  contre cela, heureusement, on ne peut rien ! C'est cette dimension de conte, de fable, qui confère à cette oeuvre un caractère  d'universalité – bien souligné aussi par une mise en scène (Fida Mohissen et Fabien Duprat) et un dispositif scénique sobres - qui la situe un peu en dehors d'un contexte historique  précis. En fait, elle accède ainsi aux profondeurs de l'être et du social. C'est, comme dans toutes les tragédies, un conflit inéluctable entre les pulsions de mort – masculines - et les  forces de vie – féminines - de l'individu, entre un ordre social factice et liberticide et un beau désordre suscité par une anarchie créatrice de formes nouvelles. Une histoire éternelle en  somme...

Henri LÉPINE (Avignon)

Rituel pour une métamorphose
de  Saadallah Wannous
Co-production Métamorph'Théâtre, Gilgamesh Théâtre et  Salièri-Pagès/le Ring. 
Avec Barbara Greene, Gianna Canova, Fabien Duprat, Benoît  Lahoz et Fida Mohissen.
Le Ring Théâtre. 12, 13 et 14 avril 2007

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Chronique Fraîche