Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

31 juillet 2005 7 31 /07 /juillet /2005 00:00
DEROUTANT, ESTHETIQUE ET PUISSANT

 

Fidèle à son habitude de qualité, d’esthétisme, de parole et de surprenante créativité, la Compagnie Ches Panses Vertes vient une fois encore mettre son grain de sable dans la machine du spectacle. Avec une création plus déroutante que jamais.

On y trouve pêle-mêle (ou presque) des comédiens, de la vidéo, des photos, des poupées, des marionnettes, de superbes chorégraphies, des sons, des silences, des échos. Et pas d’histoire. Non, les Ches Panses Vertes ne nous racontent rien. Ce qui ne signifie pas qu’elles ne viennent rien dire. Bien au contraire.

Ecartelé entre l’esthétique épurée de la scénographie et des lumières, la douceur suave mais trompeuse du texte et l’envie d’entendre les mots, le spectateur se retrouve sans cesse sollicité. Tenté par la douceur des répétitions et la beauté du geste, on se laisse glisser dans la musicalité du spectacle. Pour soudain se reprendre et chercher, en filigrane, à saisir le sens de l’ensemble. Les clés de lectures, semées çà et là. Pas toujours faciles d’accès. Mais d’autant plus belles à saisir.

Et le message se dessine. Petit à petit. Mais avec puissance : qu’est-ce qu’être un Homme aujourd’hui. Véritable plaidoyer sur l’identité masculine, ce spectacle ne donne pas de réponse. Mais ouvre des voies de réflexion sur cette identité en mal de repère dans notre monde moderne. Une identité elle-même écartelée, entre histoire et avenir. Entre socialisation, déterminisme, idéologie et réalité quotidienne. Entre distribution sociale des rôles masculins et féminins et crise économique. Un spectacle qui ne se livre que si on accepte d’être dans le ressenti. Sans forcément tout saisir, ni tout comprendre. Et qui ouvre les portes du questionnement sur la place sociale que l’homme doit aujourd’hui se faire. Des questions qui surgissent et raisonnent encore longtemps après la fin du spectacle….

 


Féminins masculins
Mise en scène : Sylvie Baillon
Avec : Eric Goulouzelle, Sophie Matel et Marie-Dolorès Corbillon
Chorégraphie de Léone Cats Baril
Texte : Alain Cofino Gomez
Lieu : Présence Pasteur
Horaire : 13h00
durée1h
Mise en scène : Sylvie Baillon Avec : Eric Goulouzelle, Sophie Matel et Marie-Dolorès Corbillon Chorégraphie de Léone Cats Baril Texte : Alain Cofino Gomez Lieu : Présence Pasteur Horaire : 13h00durée1h
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Karine Prost - dans Festival d'Avignon 2005
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche