Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

29 juillet 2005 5 29 /07 /juillet /2005 00:00
DELIRIUM TRÈS MINCE

Vingt-deux heures trente. Serrés comme des sardines sur les bancs du Ballon Rouge, nous voilà conviés aux obsèques de Lucien Leboeuf, dernier ténor de notre monde désormais « microcravatisé ». Lucien Leboeuf, dont le plus grand fan et légataire universel (interprété par Hubert Humereau), nous dresse un panégyrique tragico-opéra-comique.

Dans la droite lignée des comédies fantasques, dont l’une des plus célèbres est sans conteste L’Ultima Récital avec son inoubliable Maria Ulrika Von Glot (alias Marianne James), Opéra Folies ! se présente comme un habile montage d’airs célèbres (d’opéras et d’opérettes) sur des paroles bien plus fantaisistes que dans leurs versions d’origine.

Mais si certains passages ont effectivement la truculence d’une grande comédie, l’ensemble reste finalement un brin décevant. En premier lieu, les trop nombreuses allées venues de la pianiste deviennent vite lassantes et n’ajoutent rien à la pièce. Ensuite, les paroles ne sont pas toujours d’égale qualité. Et les moments de purs délires (on pense surtout à une recette fort savoureuse) se font trop rares.

Reste cependant la voix et le jeu d’Hubert Humeau qui permettent de relever l’ensemble. Et si l'on regrette un spectacle moins délirant qu’on aurait pu le souhaiter, Opéra folies demeure une représentation agréable.


Opéra Folies !
Mise en Scène de Gilles Ramade
Avec : Hubert Humereau et la complicité de Céline Bérenguer au piano
Paroles de H. Humereau et G. Ramade
Lieu : Le Ballon rouge.
Horaire : 22 h 30

Partager cet article

Repost 0
Published by Karine Prost - dans Festival d'Avignon 2005
commenter cet article

commentaires

Karine Prost 20/07/2007 13:43

en deux ans, un spectacle peut évoluer, en bien ou en mal. l'article que j'ai écrit en 2005 n'est donc pas forcément le reflet de ce que le spectacle est aujourd'hui. Je l'avais vu dans une salle de 49 places, avec une toute petite scène. l'opposé de ce que peut etre le théâtre du monte charge où ils se produisent cette année. le spectacle, à l'époque, n'était pas très bon. mais n'était pas mauvais. J'ignore ce qu'il est devenu. quant à l'ultima récital, je ne comparais pas opera folies au spectacle de M James, lequel était, j'en conviens, excellent, mais je souhaitais seulement indiquer dans quel genre il convenait de situer le spectacle et avais pris, pour cela, le spectacle le plus connu (et sans doute le plus abouti) du genre.bien cordialementK. Prost

Philippe 19/07/2007 23:00

J'ai vu le spectacle 2007 a Avignon il y a qq jours , c'etait affligeant, lamentable ! Cela pue la facilité et le narcissisme sinistre.On sent même le pianiste qui s'ennuie, géné devant le numéro complétement cabotin de l'acteur principal.Pas de scénario, pas d'humour mais un spectacle beauf, gras, baclé,de cinquième zone...Bref un total mépris du public. Pitié ne comparez pas ça à Ultima Récital qui etait génial !.

Chronique Fraîche