Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

4 mai 2007 5 04 /05 /mai /2007 07:54
EXPERIENCE TRANSGENRE A LA JAPONAISE

Difficile de classer Yuichi Kishino, amuseur public, musicien, acteur mais encore professeur à la faculté de musique et d’arts plastiques de l’université de Tokyo dans une catégorie définitive. A dire vrai, il est de ceux qui sont inclassables et la représentation qu’il a donnée dernièrement au Théâtre de Nîmes ne fait que confirmer ce constat : Une Page Folle, film muet, réalisé par Teinosuke Kinugasa en 1926 a précédé la représentation de cet étrange Ovni : La Veuve moustachue.

Au bout d’une heure, d’abord le film, muet de surcroît, a sérieusement ébranlé le public. Il était accompagné d’une performance musicale extrêmement fondue dans les images dures qui ont défilées sur un grand écran blanc déplié à cet effet. Le dérangement causé par la vision froide de la folie cloîtrée dans cet enfermement sonore était parfois à la limite du supportable. Une Page Folle est une odyssée onirique dans les limbes de la folie où le spectateur est face à une femme désarmée et enfermée dans un asile psychiatrique après avoir noyé son enfant. Le son, lui-même lâché sur les images, en devient obsessionnel. Il vient couvrir l’univers à part de la démence de son cri perçant. La résonance figure tantôt la temporalité de l’obsession, tantôt le cycle incessant de l’alternance de la folie et de la normalité.
 Photo © DR

Cette création musico-visuelle donne au public la vraie sensation d’une perte des repères. L’expérience a été, à bien des égards, perçue comme dérangeante, au cœur des codes de lecture auditifs des uns et aux limites de l’endurable visuel pour les autres. Il s’agissait cependant d’un savoureux mélange du brutal, de l’étrange et du subtil propre aux abords de la solitude de l’être. La bande son a été pour l’occasion entièrement revisitée par l’éclectique Saturo Wono, compositeur contemporain.

Un curieux déchaînement créatif


Après l’entracte, dans une seconde partie mêlant le tragique et le comique, non sans dérision, Yuichi Kishino accompagné de Yoko Miura au piano, est apparu vêtu d’une robe noire, un petit chapeau et une voilette en signe de deuil. Voilà qui casse soudain l’ambiance. Censé interpréter la Veuve Moustachue, il crée la confusion des sexes et des styles en osant le mélange des genres : comédie, tragédie, poésie, optimisme et désespoir. Derrière lui, des images défilent empruntées aux publicités des années 50, ou construites de toute pièce par des marionnettes qu’il anime lui-même devant une caméra. Le fantasque et la drôlerie sont de mise pour illustrer cette partie du spectacle qui a conquis un public désireux d’apaisement. Une représentation interactive, qui génère chansons décalées, performances néo-dada, danses étrangement fantasques, flux électro ou karaoké ultra pop accompagnant, non sans joie, les déambulations de l’artiste ou de son spectacle de marionnettes portatif. Un univers carrément désynchronisé et provocateur. C’était la rencontre inoubliable d’une scène explosive qui laisse cependant inquiet en raison d’un renvoi aux limites de l’absurde.

Christelle ZAMORA (Montpellier)

L’expérience japonaise Une Page Folle réalisé par Teinosuke Kinugasa, 1926 avec la création musicale de Saturo Wono, 2007. La Veuve moustachue, chansons tragicomiques et surréalistes d’une veuve moustachue et esseulée. Avec Yuichi Kish Ino Yoko Miura.
Au Théâtre de Nîmes le 25 avril 2007.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Chronique Fraîche