Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

6 mai 2007 7 06 /05 /mai /2007 19:24
THÉÂTRE TRIBUN POUR ÉPOQUE TRIBALE

Roberto Garcia est un révolté. Il s’en prend aux travers de notre époque, ceux qui empêchent de vivre réellement. C’est caustique et apostrophant. C’est un théâtre hors normes en fusion totale avec la musique de Bruno Soulier.

Présenté dans le Off d’Avignon en 2005 par la troupe nordiste d’Intervalle Théâtre/Oratorio, « Jardinage humain » prend le présent à bras les corps et à pleines voix. Le texte de Garcia est un plaidoyer virulent en faveur de la vie et en opposition aux virus sournois qui infectent la société. Dès l’entrée de Pascal Martin-Granel et d’Eva Vallejo, sous un éclairage verdâtre, le ton est affirmé. Leur première intervention, reprise en leitmotiv, est la lecture de la liste des personnalités compromises dans les exactions de la dictature uruguayenne et acquittées par la suite. Après viennent des fragments composant une vision clairvoyante des malaises engendrés par notre évolution.

Photo © Interlude T/O

L’humour est amer, la rage sous-jacente, la lucidité décapante. Boum pour la propension de chacun à se mettre en valeur, à paraître, à éviter d’être soi. Vlan sur l’exploitation du public l’incitant à acheter des produits surévalués et fabriqués par des esclaves modernes. Paf contre la surconsommation. Et l’envahissement de l’existence par les GSM, le star-system, la débilité télévisuelle. Haro devant un monde pour lequel le silence est devenu quelque chose d’insupportable et penser est devenu impensable. En découle une solitude qui empêche de profiter des plaisirs d’exister mais, au surplus, coupe la majorité des citoyens de la solidarité. L’irresponsabilité est omniprésente. La pollution est envahissante. L’économie se déglingue. Bref, « la nature humaine représente la liberté, c’est-à-dire la capacité de choisir, parmi toutes les options, la pire ».

Un plaidoyer énergique

Accrochés à leur micro, les deux interprètes murmurent, hurlent, scandent, persiflent, éructent. Tandis que Bruno Soulier (piano), Léa Claessens (violon) Yannick Deroo (percussions) se mettent en osmose avec les mots. La musique contient sa violence intérieure. Elle investit le répétitif, comme les litanies égrenées par les comédiens. Elle envoûte quand les voix psalmodient. Elle se déchaîne au besoin pour souligner, accompagner, exalter le discours. Le spectacle s’avère tourbillon. Il entraîne le public dans un déluge verbal à la fois massacre jubilatoire, poésie enthousiaste, défoulement jouissif, interrogation active. La générosité de tous les interprètes est contagieuse, convaincante comme dans « La Mastication des morts » mise en scène par la même Eva Vallejo.

Michel VOITURIER (Paris)

Jardinage humain
Texte : Roberto Garcia (éd. Les Solitaires intempestifs)
Conception : Eva Vallejo et Bruno Soulier
Mise en scène : Eva Vallejo
Distribution : Eva Vallejo – Pascal Martin-Granel
Musiciens : Léa Claessens - Yannick Deroo - Bruno Soulier
Musique : Bruno Soulier
Production : L’Interlude Théâtre/Oratorio - Ville d'Avion

Au Manège de Mons les 23 et 24 avril 2007.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Chronique Fraîche