Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

9 mai 2007 3 09 /05 /mai /2007 10:31
QUAND MARIE RACONTE SA VIE

Les Quatre Morts de Marie, texte de l'auteure québécoise Carole Fréchette est repris par la compagnie du Vélo volé au Théâtre de l'Opprimé. Récits d'aventures intérieures.

Toute petite, Marie rêve d'écrire des romans, de voyager et d'avoir des ribambelles d'enfants. Devenue adulte, Marie écrit sur les murs, dors pour gagner sa vie et vit seule. Toute petite, Marie dit : « moi, Marie, je mourrai jamais ». Devenue adulte, Marie meurt un peu à chaque fois que ses fantasmes se confrontent à la réalité.
 Photo © DR

C'est à travers quatre tableaux, quatre repères temporels que Carole Fréchette expose la vie de Marie, une sorte de Christophe Colomb resté à quai. Dans un texte mêlant poésie introspective et ouverture au social, l'auteure explore l'existence d'une femme abandonnée trop tôt par ses parents. Marie voulait tout voir, tout aimer, tout découvrir et plaire à tout le monde, mais elle n'est aimée de personne et découvre le vide de l'existence, tellement inférieure aux possibilités offertes par l'imagination.

La mise en scène de François Ha Van est ingénieuse et met en valeur le combat permanent que mène Marie contre l'étroitesse des espaces qu'elle parcoure, de sa maison d'enfance à l'embarcation dérisoire qu'elle prend finalement pour aller au devant de sa destinée. Car Marie est une battante. Les abandons de ses parents, de ses amours, de ses idéaux ne l'empêchent pas d'aimer et de vouloir, atteinte qu'elle est d'une étrange maladie, comme Christophe Colomb avant elle, la confiance absolue en l'avenir.

Voyage, voyage

François Ha Van résout cette tension constante entre immobilité forcée et volonté d'avancer, entre difficulté d'adaptation à la société et désir d'être acceptée, par des déplacements quasi frénétiques de Marie dans des espaces confinés. Le cadre brut du Théâtre de l'Opprimé est utilisé au mieux dans une scénographie malicieuse : un camion se transforme en cave et une bassine en barque. Un moyen de transport se sédentarise et un objet immobile fait le trajet inverse : la foi de Marie anime les objets et rend tout possible.

Dans le rôle de Marie, Céline Jorrion est proprement étonnante de naturel et de dynamisme : elle parvient même à être crédible en petite fille survoltée et curieuse. Cependant son énergie gagnerait parfois à être canalisée afin de donner le temps au spectateur d'apprécier la finesse et la poésie du texte.
Guillaume Tagnati parvient lui aussi à mettre les différents rôles qu'il incarne en valeur. Tour à tour jeune écolier, blouson noir ou raconteur de voyages, il donne de l'épaisseur à ses personnages par le biais, souvent, de l'humour.
Julie Quesnay, Fabrice Leroux et Sylvain Savard complètent une distribution pleine d'allant, mention spéciale au dernier, parfait dans son rôle de père vidé de sa substance.

Les Quatre Morts de Marie
est une pièce touchante, étrange, drôle et poétique : quatre bonnes raisons d'aller la voir. Ajoutons-y une cinquième : le Théâtre de l'Opprimé est en difficulté, soutenir un théâtre de quartier est important à un moment où la culture pourrait perdre son ministère.

Morgan LE MOULLAC (Paris)

Les Quatre Morts de Marie
Texte de Carole Fréchette (Actes Sud - papiers, 1998).
Mise en scène de François Ha Van.
Scénographie : Maïa Malliarakis, Margot Derouche, Sarah Heitz-Ménard, François Ha Van. Lumières : Tanguy, François Ha Van.
Musique : Nicolas Teuscher.
Interprétation de Céline Jorrion, Guillaume Tagnati, Julie Quesnay, Fabrice Leroux, Sylvain Savard et Raphaël Reves, distribution en alternance.

Au Théâtre de l'Opprimé du 4 au 21 Avril 2007
78, rue de Charolais, 75012 Paris. Tel : 01 43 40 44 44

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Morgan Le Moullac 15/05/2007 14:26

Erratum:
Fabrice Leroux était absent à cette représentation pour cause d'alternance entre les comédiens. Raphael Reves aurait dû être cité à sa place.

Chronique Fraîche