Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

12 mai 2007 6 12 /05 /mai /2007 13:05
TOUT NOIR (ET BLANC) ET TOUT MUET

Destinée à un tout jeune public, la pièce jouée par une troupe d’Anglais au cours de « Saperlipopette, voilà enfantillages ! », un festival pour les enfants qui se déroule actuellement dans l’Hérault, en a laissé plus d’un bouche bée.

Pas si simple tout de même de capter un public de 4-5 ans et plus, sans émettre un cri, ni prononcer une parole. Suivre seulement les déambulations d’une pianiste n’étant pas à la portée de tous les mômes, cela d’autant plus que la musicienne ne fait de commentaires qu’avec des écriteaux néanmoins remplis d’humour et de poésie. Dans le décor, tout est en noir et blanc. Il s’agirait d’un pastiche de Charlie Chaplin que cela n’étonnerait personne car cette compagnie anglaise s’est  inspirée de «Prisonnier 13» de Buster Keaton. L'acteur, réalisateur, scénariste puis producteur américain est l'une des références du film comique et de Charlie Chaplin. Sur scène, le flegme des comédiens est intentionnel mais n’enlève rien à leur justesse d’exécution.
  Photo © DR

Rebondissements et poésie


L’histoire est celle d’un garçon de café qui tombe littéralement amoureux dans l’exercice de ses fonctions puis connaît quelques mésaventures liées à la rencontre fortuite d’un homme poursuivi par la police. Notre héro se heurte aux plans d’un méchant évadé de prison, qui lui fera vivre les "400 coups" ainsi qu’à sa favorite, avant qu’un mariage improvisé ne vienne illuminer de sa victoire le noir épisode d’une vie.

Le public, averti ou non, jeune ou moins jeune, plonge alors tête la première dans l’univers du cinéma muet et de ses codes burlesques. Il faut dire que la compagnie travaille sur le genre depuis maintenant une dizaine d’années. Courses-poursuites, jeux d’équilibre et farces viennent nourrir une scène remplie d’astuces toute proche du cirque. Sans doute est-ce lié aux débuts de la compagnie qui avait pris d’emblée une orientation vers le cirque de cabaret. Le spectacle est d’ailleurs sans cesse ponctué d’acrobaties et si cette représentation a été très remarquée dans la catégorie des spectacles de rue, elle est une scène fort divertissante et drôlement improvisée parfois, qui dévoile une excellente maîtrise d’exécution.

Un spectacle à voir et à revoir pour tout capter. Même si les tous petits ont un peu de mal à saisir tout d’abord, en raison des codes de lecture de la pièce et du sérieux des comédiens, ils finissent comme les plus grands par en redemander. « J’ai rien compris » disait une petite fille de 4 ans à sa maman, qui avait heureusement tout saisi. Et de conclure après quelques explications : « C’est pour ça qu’il était pas gentil… J’aimerai bien le revoir ce spectacle... ».

Christelle ZAMORA (Montpellier)

Du 5 au 27 mai 2007, en voyage dans l’Hérault et à Saperlipopette, voilà enfantillages !
Festival jeune public organisé par le département et le Théâtre des 13 vents à Montpellier.
Tel : 04 67 99 25 00
Bash Street Theatre
Direction musicale et musicien Jim McCormack/ avec Simon Pullum, Jojo Pickering, Russel Hurd Production Bash Street Co. Angleterre.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Chronique Fraîche