Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

12 mai 2007 6 12 /05 /mai /2007 20:25
Quand on a vu la trilogie à l'envers et que l'on découvre la Compagnie de théâtre-danse "Peeping Tom" (*), c'est le choc ! C'est une révélation.

La création :

On a dit de "Peeping Tom" qu'il était "le Pedro Almodovar du théâtre dansé". Bien que jeune encore (2000), ce collectif bruxellois, né dans la galaxie Alain Platel/Vandekeybus/Ballets C.de la B./Need Company, affiche une maturité indéniable et confondante. Il est vrai aussi qu'une certaine Viviane De Muynck (que l'on a appris à connaître depuis Avignon) a soufflé quelques conseils dramaturgiques…
 Photo © Marc Deganck

C'est en association avec Les Halles de Schaerbeek, et dans le cadre de "Charleroi/Danses" que le KVS présentait dès le 28 mars, dans sa salle du BOL, le dernier volet d'un triptyque bien singulier : l'histoire d'une famille plutôt étrange, mais d'une famille avec des danseurs de tous âges et de tous gabarits. Sa destinée - et ici sa déchéance finale - est racontée au moyen d'une forme de spectacle propre à la compagnie, mêlant danse, chant, paroles, en une sorte de pièce de théâtre dansée. Inclassable ! Pas de "présentations" mais au vu des générations, on peut imaginer les rôles dans cette famille : grands-parents, fille (ou bonne?), fils, couple avec petit-enfant, tous aussi remarquablement à l'aise dans la danse que dans l'insolite permanent.

Une scénographie (de Pol Heyvaert) se laisse lentement découvrir. D'abord, dans un coin, un cérémonial étrange : une maison de poupée, une gentille vieille dame et un acte de pyromanie : la maison part en flammes. Et puis la maison grandeur nature se dévoile, ou plutôt ce qu'il en reste : au-dessous d'un salon à moitié enseveli, envahi dans un coin par une énorme motte de terre, un sous-sol ravagé, fait de gravats, de racines… et de la terre partout. Les fondations paraissent immenses. Certaines chutes périodiques d'eau, de gravats, rappelleront que le processus de dégradation est toujours en cours.
Une voix, superbe, celle d'une mezzo-soprano, Eurudike de Beul, des corps-matière sans cesse agglutinés, se collant l'un à l'autre, aux autres, pour ne faire qu'un, s'épousant dans tous les sens du mot : Gabriela Carrizo, Samuel Lefeuvre, Franck Chartier et Maria Otal (80 ans, étonnante!). L'expression "enterrer ses souvenirs" sera à prendre au propre comme au figuré et procurera de grands moments d'émotion directe.

La reprise :

Parlons du début maintenant. Tout commence dans "Le Jardin" (2002), et se poursuit dans "Le Salon" (2004) : deux reprises aux Halles. Du reste, dans le vaste espace des "Halles" il faut passer par ce "Jardin" installé, avec caravane, pour accéder à l'endroit où se situe le "Salon" de cette fameuse "famille" et inversement. Remarquable est l'emploi des matières, de la matière du sol d'abord : tapis d'herbe pour le jardin, support lisse et eau pour le salon, mélange de tourbe et de sable pour le sous-sol, impliquant d'autres comportements, d'autres prouesses d'une chorégraphie qui tient pour acquises des techniques de cirque : acrobatie, contorsionnisme… mais "qui fait sens".

Pour chaque volet de ce triptyque, toujours ces bribes de mots, de phrases, ces ébauches de dialogue ainsi que les parties chant de genres variés, bribes de souvenirs… une chanteuse s'acharnant sur un piano ou une jeune enfant babillant (Uma Chartier), pas plus anachroniques que toutes sortes de détails scénographiques incongrus. Les non-dits ont été la règle dans cet intérieur qui fut cossu, alors quand la discussion appartient aux corps, la danse acquiert une puissance rare. Il pleut goutte à goutte dans la maison comme cette mère qui pleure, le piano est mal en point comme ce vieux qui décline et s'accroche à ses trésors (Simon Versnel), la bibliothèque se vide : c'est la lente chute d'une Maison qui leur fut chère…

Faut-il signaler que ces spectacles sont multilingues ? On commence à en avoir l'habitude à Bruxelles…

Suzane VANINA (Bruxelles)

(*) peeping tom, en anglais = voyeur

Coproduction: KVS Bruxelles-Théâtre de la Ville Paris-Charleroi Danse-Trafo Budapest-Réseau France des CDC …et beaucoup d'autres soutiens nationaux et internationaux - www.halles.be - 02.218.21.07 – 02.218.21.07 - Charleroi Danses : 0800/800-80 - www.kvs.be - 02.210.11.12

Voir www.fransbrood.com pour un nombre impressionnant de dates de tournée internationale

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Chronique Fraîche