Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

17 mai 2007 4 17 /05 /mai /2007 09:26
DANSE AU CŒUR DE L’ENFANCE

Deux danseuses malicieuses évoluent sur un tempo changeant selon les époques de la vie. Voilà un duo qui touche à l’existence. A sa matérialité.

Les danseuses jouent à essayer des habits, à se déguiser. Elles s’amusent à s’interpeller, se parlent avec le regard et se répliquent par gestes . Le vêtement est le fil d’Ariane de ce labyrinthe d’émotion que la danse tire du corps.
 
Programmé dans le cadre du festival de spectacles pour enfants "Saperlipopette", dont c’est la 10e édition, le spectacle a tenu le tout jeune public qui y assistait en haleine. Le choix du thème du vêtement aborde implicitement celui du désordre, mais en réalité la représentation retrace des instants de vie de l’enfance comme la naissance. Elle renvoie sans détour à des sujets propres aux tourments de l’enfance. Pour autant, aucun de ces habits n’est sombre et tous transportent leurs couleurs vives et joyeuses jusque dans le public amusé. Le vêtement se pose sur le corps, le couvre, le cache et informe sur la mode, la culture mais aussi sur des fragments de vie, les saisons, le sexe d’une personne. Il est porteur d’illusion dans le déguisement et révélateur de circonstances.
 
Dans ce spectacle, il se fait l’interprète de l’histoire des personnages. Un tissu se transforme en nouvel enfant. La magie de la gestuelle tresse sa toile telle une vitre colorée laissant apercevoir la vie et sa beauté.

Douceur et poésie


Délicatement, les vêtements habillent et dénudent les danseuses, les hébergent dans leurs toiles sur les ailes éphémères du temps. Ils accompagnent tous les âges de leurs danses, jusqu’à la vieillesse semble-t-il, figurée ici par le pas cadencé des automates. Une douce gestuelle captive le public sans qu’un mot ne soit dit et seulement dans la délicatesse des mélodies et des gestuelles. Le thème de la rencontre de l’autre est bien présent dans cette chorégraphie à l’univers empli de poésie. Le regard se porte avec tendresse sur ces images, bousculades, plaisanteries, drôleries si propres à l’enfance. Le choix de la danse contemporaine donne à lire et à entendre différemment. Un langage doux et visiblement adapté à un très jeune public (3-4 ans) constitue ici une marque de réussite. Le message passe. Et bien.

Christelle ZAMORA (Montpellier)

Vu au cours de Saperlipopette, voilà enfantillage ! Festival pour petites et grandes personnes à Montpellier. Avec la collaboration du théâtre des treize vents.

Chorégraphie Mathilde Duclaux et Ambre Gillet / Son Xavier Prunaret / Costumes Loriane Dreveton Production Cie Marie-Louise Bouillonne
Coproduction MJC de Tain-l’Hermitage, Association Kiteus dans le cadre du festival jeune public « Petites scènes découvertes » de Tain-l’Hermitage et de Tournon-sur-Rhône.

Du 5 au 27 mai 07 à Montpellier et dans l'Hérault.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Chronique Fraîche