Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

20 juillet 2005 3 20 /07 /juillet /2005 00:00

LE SILENCE JUSTE AVANT, LE SILENCE JUSTE APRÈS

« Le Gardeur de silences » est une petite merveille théâtrale de délicatesse, interprétée par deux comédiens d’une finesse rare.

Séraphin Huppe, ex-bruiteur de métier, est au soir de sa vie. Sa femme est morte. Lui, il passe la plupart du temps sur son lit, seul, parce que ses jambes l’ont lâché il y a « un an et des brouettes ». Il n’a « plus grand-chose à portée de main, sauf la mort, pas loin ». Heureusement, il y a Saéna, sa petite-fille. Elle est belle et aveugle, Saéna. Elle s’occupe de lui, tendrement, et fait reculer les nuages de tristesse qui assombrissent le front de son grand-père. Ce qui les distrait tous les deux, c’est le « carton à bruits » de Séraphin, « sa vie enregistrée », avec d’autres « vies par chariots entiers ». Mais ce qui compte vraiment, « c’est pas le bruit qu’on fait, […] c’est le silence juste avant, le silence juste après ».

Fabrice Melquiot a écrit là une pièce en dentelle de Calais. C’est plein de petits détails de la vie de tous les jours, observés par un œil d’entomologiste bienveillant. L’auteur sonde les reins et les cœurs à coups de scalpel doux et précis, avec une langue fluide et belle qui traque les secrets de l’âme.

Et il est largement aidé dans son projet par la mise en scène humaniste, serrée sur l’essentiel, de Sophie Akrich. De même, les deux comédiens – Jean-Pol Dubois, au jeu retenu tout en pudeur et en poésie intérieures ; Christine Braconnier, « vivante au maximum » et très touchante – le servent avec l’humilité qui sied aux vrais artistes. Ils dégagent une lumière chatoyante qui phosphore dans le noir.

Loin du fracas et de la fureur du Festival off 2005, allez vous soigner le cœur avec Le Gardeur de silences. Vous verrez, c’est « guérissant ».


Le Gardeur de silences, de Fabrice Melquiot
Édité chez L’Arche éditeur
Production : Les Aimants 78, quai de la Loire • 75019 Paris
Tél. : 01 42 08 14 76 – Portable : 06 87 23 06 83
Diffusion : Les Petits Ruisseaux 2, cours du Liégat
• 75013 Paris
Tél. : 01 49 59 93 69 – Portable : 06 10 43 92 94
Courriel : courrier@lespetitsruisseaux.com
Site : www.lespetitsruisseaux.com
Mise en scène : Sophie Akrich
Avec : Jean-Pol Dubois et Christine Braconnier
Création musicale et sonore : Frédéric Minière
Création lumière : Pascal Sautelet
Photo : Bernard-Michel Palazon
Théâtre des Corps-Saints 76, place des Corps-Saints • Avignon
Tél. : 04 90 16 07 50
Du 8 au 30 juillet 2005 à midi (durée : 1 heure)
Tarifs : 13 €, 9 € et 9 €

Partager cet article

Repost 0
Published by Vincent Cambier - dans Festival d'Avignon 2005
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche