Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

13 juin 2007 3 13 /06 /juin /2007 10:07
FAITES VOS JEUX

L’art de la triche, c’est aussi l’art de la conter avec fougue, emphase et véhémence comme s’y emploie ici Sacha Guitry, au point d’en ériger les Mémoires d’un tricheur. Avec l’humour et l’ironie qu’on lui connaît, il nous livre les confessions d’un homme de jeu et de plaisirs, derrière lesquelles il dissimule une ambivalente et âpre morale opportuniste.

Pour mettre en voix, en corps et en scène cette jouissive digression, rien de tel que l’expérience et le talent de Francis Huster. Une véritable rencontre à laquelle le comédien rend hommage dans son livre Sacha le magnifique ; une œuvre qu’il sert, de plus, admirablement, par son interprétation scénique du joueur invétéré.
 Photo © Cosimo Mirco Magliocca

Sous l’œil observateur du barman – son comparse Yves Le Moign’ – Francis Huster nous prend à partie, nous interpelle ou nous questionne pour mieux s’abandonner en confidences. Ce héros du vice nous ramène avec lui à l’enfance, au vol des huit sous dans la caisse de l’épicerie familiale, cause de privation de champignons qui lui évitera néanmoins la mort. Laissant derrière lui une famille décimée, il prend acte de ce geste répréhensible mais salvateur. Il devient alors groom dans un hôtel puis croupier à Monaco et, attiré par la douce saveur de l’argent, goûte aux affres du jeu avant de se changer en professionnel de la duperie et de l’usurpation.

Un discours (a)moral

L’amour sans attache, l’argent et la luxure traversent le récit de Guitry pour s’imposer comme les préceptes d’une vie trop courte dont il faut jouir à chaque instant. Sous couvert d’un protagoniste qui se joue des autres, l’auteur lui-même se joue de nous, cachant derrière la légèreté et la gaieté de son texte, un cynisme désabusé. Et pour rendre l’intensité d’un tel propos, Francis Huster se fait orateur fascinant et fasciné, enivrant et enivré, habitant avec force présence la salle du théâtre, nous laissant de bout en bout happés par son éloquence. Du protagoniste de Sacha Guitry, il adopte toutes les facettes de séduction, de galanterie, d’esprit et de malice, s’approprie la parole avec une incroyable aisance et fait sien avec naturel le récit de cette vie de perfide.

Face à un auditoire curieux et attentif, il réussit une très belle incarnation d’un homme au destin drolatique et trépidant, teinté par moments d’une amère lucidité. Des mémoires qui nous laissent en mémoire le discours amoral d’une jouissance sans culpabilité. Et maintenant, mesdames et messieurs, à vous de faire vos jeux !

Anne CARRON (Lyon)

Mémoires d’un tricheur, de Sacha Guitry
Mise en scène de Francis Huster
Avec Francis Huster et Yves Le Moign’
Décor : Nicolas Sire / Costumes : Pascale Bordet / Lumières : Laurent Castaingt

Du 5 au 17 juin 2007 au Théâtre des Célestins, 4 rue Charles Dullin 69002 Lyon
Renseignements et Réservations : 04 72 77 40 00

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne Carron - dans En Région 2006-07
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche