Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

1 juin 2007 5 01 /06 /juin /2007 23:38
SACRÉE DÉGAINE !

Bienvenue dans l’univers déjanté de Colt Warmers, One-man-show délirant avec piano. Dès l’entrée, on bascule dans une autre réalité. Ce n’est plus une salle de théâtre, mais un antre, un bouge.

Nous sommes dans le repaire de Colt Warmers, personnage patibulaire, mais presque comme disait Coluche, (jeu de mots à lire à voix haute), et il nous prévient de suite, si on se tait il ne nous arrivera rien. Mais rien à craindre, c’est que de la gueule ! Colt Warmers est une sorte de SDF magnifique, personnage flamboyant et complètement à côté de la plaque qui faute d’affronter la réalité explore très bien son imaginaire. Et il nous emmène dans ce périple à bord de son piano. Car Colt Warmers sait composer et chanter et même franchement bien. Son piano, c’est le passeport qui lui permet de passer d’une contrée à l’autre de sa folie et de conquérir le public.
 
Chaque chanson raconte une histoire abracadabrante. Il y a la chaussette amoureuse, l’amoureuse muette qui ne l’ouvre que pour réclamer 500 francs à l’issue du rendez-vous... et des tas d’autres personnages qui peuvent aussi être les doigts de Colt Warmers qui soudain se révoltent, sans oublier une assiette de spaghetti qui trouve là son premier rôle. Bref Colt Warmers est dingue. Mais il est doué. Chaque chanson est prétexte à un sketch délirant où le public est régulièrement interpellé. C’est déroutant et sympathique car Colt Warmers a une sacré trogne. Il y a du personnage de BD en lui, un petit côté Rapetout, personnage de l'univers  de Picsou, égaré dans un roman noir où il met, il faut bien le dire, un sacré bordel.

C’est Marc Wolters qui a écrit et interprète ce spectacle. Colt Warmers est l’anagramme de son nom. « C’est donc un peu moi dans le désordre », dit-il. Ce jeune homme dérangé a des accents poétiques et fantaisistes à la Higelin et un exotisme noir qui rappelle Bernard Lavilliers. Comme eux, il a un univers très particulier et plus qu’à un récital, il nous convie à un voyage. Cet univers serait d’autant plus fort si les histoires racontées avaient une trame plus solide. Trop souvent, Colt Warmers nous égare dans un délire dont on peut décrocher. Mais, chaque fois, on est retenu par une voix et une musique superbe. Un univers, une voix, un talent certain de compositeur, Marc Wolters a beaucoup de choses pour lui. Et il a déjà ses fans. Ce soir là, la salle était pleine. Beaucoup de filles. On peut leur faire confiance, elles ont du nez pour dénicher les talents !

Agnès GROSSMANN
www.ruedutheatre.info

Spectacle chroniqué à Avignon Off 2006

Colt Warmers, de et avec Marc Wolters
Avignon Off - L’Albatros à 22h45
Réservation: 04 90 85 23 23

Partager cet article

Repost 0
Published by Agnès Grossmann - dans Festival Off 2007
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche