Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

5 mars 2007 1 05 /03 /mars /2007 00:13
En exclusivité pour RUEDUTHEATRE et pendant tout le Festival d'Avignon 2007, l'humoriste, comédien et auteur lyonnais Pascal Coulan nous raconte, vu des coulisses, le quotidien d'une troupe qui découvre pour la première fois les joies et les affres de la vie avignonnaise.

J-4 MOIS

Organiser le festival d’Avignon n’est pas chose facile. Surtout la première fois. Mais à cœur vaillant, rien d’impossible. Et les Miséreux, ils l'ont, le cœur vaillant. Surtout que pour l’organisation, c’est toujours l’administratrice en contrat réinsertion d’emploi aidé à mi-temps qui y travaille à plein, qui s’y colle comme qui dirait.

Premier travail : trouver une belle maison. Suffisamment grande pour que chacun ait sa chambre, mais avec de beaux espaces communs pour être tous bien ensemble. Une maison pas trop près de la route, mais pas trop loin des remparts, dedans si possible. Pas trop chère bien sûr, et avec un grand terrain pour les nombreux amis qui passeront fêter le succès. Une maison où faire des barbecues et des petits déj’ au soleil. Et bien sûr une maison avec piscine. Au moins 10 mètres pour les longueurs d’Omar, et pas trop profonde pour Marie-Claude, aquaphobe qui ne sait pas nager. Il faudra des grands frigos pour alimenter la marmaille, et des transats partout. Au pire, on en achèterait un au premier Auchan venu. Une belle maison pour être bien tous ensemble, mais quand même, pas trop ensemble. Une maison idéale !

Elle fut finalement assez facile à trouver. La première fut la bonne. Spacieuse, confortable, avec piscine de 8m, mais Omar ne mesure que 1m75, un peu à l’écart, mais qu’est ce que 6,5 kms kilomètres quand on aime le théâtre ? Pas trop loin de la nationale non plus, longée elle-même par une jolie route départementale, pour ceux qui aiment le vélo. Et puis pas chère, pas trop… un peu quand même. Mais au moins, elle était encore libre, « on se l’arrachera » avait dit le conseiller immobilier de l’agence de location. Il fallait se décider, Catherine décida Jean Pierre. Ce fut donc vite décidé. « On la prend ». 10 000 euros ! La subvention de la Ville passerait donc dans la piscine et les nombreuses chambres, mais c’est important le confort quand on s’appelle les MISÉREUX et qu’on est quand même une dizaine. « Et les enfants ? », demanda Catherine qui en avait deux qu’elle devait garder alternativement. « On verra pour les enfants ». C’est fou ce que les théâtreux se reproduisent ! Une fois la maison réservée, elle fut payée. Cash, et en avance. « On ne sait jamais » avait dit "l’argent immobilier". A Avignon, on badine avec l'amour parfois, mais avec le pognon, jamais. Les Miséreux savaient ou dormir. Restait à trouver la salle - pour y loger le spectacle...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Chronique Fraîche