Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

1 avril 2007 7 01 /04 /avril /2007 09:23
En exclusivité pour RUEDUTHEATRE et pendant tout le Festival d'Avignon 2007, l'humoriste, comédien et auteur lyonnais Pascal Coulan nous raconte, vu des coulisses, le quotidien d'une troupe qui découvre pour la première fois les joies et les affres de la vie avignonnaise.

J-4 MOIS et deux semaines, le même jour, mais plus tard.

Munie de l’outil absolu, le téléphone, Catherine contacte les directeurs de théâtres du OFF, et pire, puisqu’il est convenu dorénavant d’appeler théâtre n’importe quoi de recyclé pouvant accueillir du public pendant le festival. Tous sans exception sont très sympas, ouverts, calmes et curieux de leur interlocuteur. Très à cheval sur le contenu des pièces qu’ils accueillent, ils exigent un dossier béton avec des garanties de qualité. Cela prouve leur amour du theatre. Et, règle n°1 du bon directeur-loueur, plus on est exigeant, plus les prix de location s’envolent. Curieusement, cela rassure les compagnies. « plus on paie cher plus on est bon » avait résumé Patrick. Il n’avait pas tort. Louer très cher représente ainsi un consensus entre loueurs-directeurs et compagnies, les uns exigeant la qualité par un prix élevé, les autres étant rassurés de leur qualité en payant ce prix. Un peu comme quand on achète des Nike ! « C’est pas meilleur que les autres, mais si on peut se les payer, c’est qu’on est bon ! »

Les MISÉREUX voulaient du bon ! Mais quel choix !! Théâtre de la Terrasse, parce qu’il a une terrasse de 10m2, Théâtre des Charmes, charmant, Théâtre de la Moulle, allez savoir pourquoi, Espace du Meeting, (très apprécié car le mot espace évoque une qualité imprécise mais tellement théÂtreuse), théâtre de la Barrière, ancienne maison de douanier, théâtre du Chat qui bêle... bref, que des salles prestigieuses à plus ou moins 200 places qui garantissent un tel sérieux dans l’accueil des Compagnies que tout semble presque donné. A tel point que certains théâtres comme le Cactus Jaune n’accueillent plus les compagnies, mais les invitent. C’est le même prix, mais quelle convivialité dans le sérieux !

En tout cas, à les entendre au téléphone, Catherine est enchantée, excitée : tous offrent des services qu’on appellerait 3 étoiles pour un hôtel. Technique, plaquette, suivi et accueil des professionnels, loges et coulisses nettoyées chaque jour, fauteuils presque neufs, on ne pouvait que se sentir bien chez eux. Du grand art. Le must de ce grand art était bien sûr le prix de location : entre 500 et 1.000 Euros, par jour et par créneau. Pas cher pour avoir le droit de jouer son spectacle dans des lieux si prestigieux ! Les MISÉREUX avaient finalement opté pour l’Espace Ecuelle, 153 places, un nouveau lieu qu’avait ouvert un chirurgien local amoureux du théâtre. Il avait un site. Magnifique ! Plein de projecteurs partout, des vrais fauteuils en plastique (c’est à dire des chaises attachées) à juste 650€ le créneau de 1h45, placé à moins de 5 minutes de la place de l’Horloge. Idéal, l’Espace Ecuelle serait donc des MISÉREUX le lieu de tous les triomphes...


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Chronique Fraîche