Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

6 juillet 2007 5 06 /07 /juillet /2007 10:34
En exclusivité pour RUEDUTHEATRE et pendant tout le Festival d'Avignon 2007, l'humoriste, comédien et auteur lyonnais Pascal Coulan nous raconte, vu des coulisses, le quotidien d'une troupe qui découvre pour la première fois les joies et les affres de la vie avignonnaise.

Le Jour J

Vendredi 6 juillet.
9h, devant une tasse de vieux café qui traînait dans un placard : JP déclare, ému : « Aujourd’hui est le jour du plus grand des triomphes ! », et cette phrase s’inscrit comme le début du journal des MISÉREUX. Dans chaque tasse de vieux café, une larme semble couler, ils sont tous là, ensemble, premier jour du premier festival d’Avignon des MISÉREUX. Le café refroidit un peu mais l’énergie est intacte. Catherine lance : « je vais faire les courses, qu’est ce qui vous ferait plaisir ? ». L’émotion s’envole, la faim réclame sa fin. Faut dire, les MISÉREUX, sans s’en rendre compte n’ont rien mangé depuis 2 jours.

« Du pain, des pâtes, du riz, de la choucroute, non, c’est pas bon pour ma ligne, Annick, t’es pas obligée d’en manger, café, chocolat, Nutella, non, c’est trop tentant, Marie-Claude, si tu te remets au tennis, il faut de l’énergie, j’ai oublié ma raquette, bon, pas de Nutella, on dit pâte à tartiner ! peut être, mais on dirait tout le temps du Nutella ! on dit : de LA Nutella ! Céréales, fruits, légumes, pas d’haricots, oublie pas la confiture, déjà que vous ronflez, toi-même… ! » Au bout d’une heure, Catherine avait établi une liste immense. Ca pèserait lourd dans le caddie mais il ne serait pas dit que les MISÉREUX meurent de faim.
« Allez, faut y aller ! »
«Où ? » demande Annick.
« Ben, au cinéma, puis après on ira à la piscine… À l’Ecuelle pardi ! »
Déjà le terme d’Espace battait de l’aile. Gérard n’était peut-être pas à la hauteur de l’appellation !
« Mais pourquoi ? Tout est prêt ! »
« Ok, on se repose, on attend que Catherine revienne, on mange et on y va ! »
« Et le tractage? demande Omar, on n’a pas encore tracté. »
« Bon sang c’est vrai ! On ira demain ! »
« Mais aujourd’hui ? »
« Ou alors on donne 5 euros à un étudiant avignonnais pour le faire... » suggère Marie-Claude.
« Aujourd’hui, c'est la première, il y aura forcement du monde » rassure JP.
« Et puis, on va pas tracter avant de jouer ! » Marie-Claude a raison. Jusqu’à midi, chacun se concentre, en vaquant. Puis Catherine revient. Michel porte tout, mais la cortisone est efficace. Surtout qu’il a doublé les doses.
Midi et demi, les pâtes sont cuites.
13 heures, les MISÉREUX s’en vont. Silence dans la camionnette.
A 14h : premier ballet de changement de plateau. Le spectacle d’avant a eu du monde, il fait chaud « Demain la clim ! », a promis Gérard.
A 14h30 les MISÉREUX sont prêts ! Personne à la caisse ! C’est normal, les gens viennent à la dernière minute. Rituel d’entrée en scène. Une ronde, des cris.
14h40, toujours personne… On se pose des questions.
14h45… Une personne… Angoisse !
14h50, la même personne, 14h55, JP décide « Bon, y’a pas foule mais les MISÉREUX n’annulent jamais. Une personne, c’est toujours LE public. C’est comme un filage qui nous paiera un café ». Et les MISÉREUX jouent.

Première inoubliable de conscience professionnelle. A la fin du spectacle, applaudissements saluts, rangement vite fait. Les costumes sont trempés, le spectacle a plu, ça fera du bouche à oreille. Un peu abattus les MISÉREUX sortent. Dehors, 120 chevaux magnifiques, des milliers de gens, toutes les compagnies sont là, c’est la parade de début du OFF. André Benedetto, tel César au premier jour des Jeux, déclare l’ouverture du festival Off 2007. C’était donc ça ! se rassurent soudain les MISÉREUX : le festival n’avait pas encore commencé !!

Suivez les aventures de la troupe "à" Avignon au jour le jour...

Et retrouvez tous les jours Pascal Coulan dans son nouveau spectacle "Plein le culte !" à la Tache d'encre à 19h.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Chronique Fraîche