Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

10 juillet 2007 2 10 /07 /juillet /2007 16:24
SCÉNARIO GORE

Après les économistes, les politiques et les alarmistes, les artistes entrent dans le débat sur le dérèglement climatique. « Les scientifiques ont fait un travail merveilleux en faisant prendre conscience aux gens le danger et ses conséquences mais cela ne suffit pas. Il appartient aux artistes de transposer les données scientifiques et climatologiques dans une réalité vécue », explique Georges de Cagliari, auteur du texte. Avec sa pièce, « Fin de terre », il atteint son objectif. « Initialement, je voulais écrire un huis-clos qui se serait appelé L'éboulis. Mais le problème de la détérioration climatique m'est apparu comme une évidence lors de l'écriture. Il est faux de croire que les écrivains vivent dans des tours d'ivoire. »
 

Finalement, la pièce met en scène deux femmes recluses dans un bistrot sans âge sur une presqu'île menacée, à court terme, d'être submergée. Au dehors, c'est la barbarie, la lutte quotidienne pour se nourrir et survivre, la sécheresse. Quand elles se rendent compte que la fin est proche, elles se tournent alors vers l'extérieur, dans l'espoir de trouver une solution. « Je lance des affirmations sur la désertification, la pluie, le nombre de morts… J'étais persuadé d'avoir écrit des horreurs pas crédibles. L'idée d'envoyer le manuscrit à un spécialiste m'est venue naturellement. », explique l'auteur. Et là surprise, ce scénario apocalyptique n'est pas si fictif qu'on aimerait le penser. « Non seulement vous êtes dans la vérité, mais si on ne fait rien, vous êtes en dessous de la réalité ! », lui a répondu Jean-Pierre Céron, directeur de recherche en climatologie à la météorologie nationale.

Fiction ?

Pendant 1h30, le suspense monte. On se laisse emporter par le jeu des cinq comédiens de la troupe du théâtre du chaos. On retient son souffle. « A travers l'émotion, la prise de conscience est là, reconnaît Georges de Cagliari. J'ai été très surpris par l'accueil réservé à la pièce. Je n'ai aucune confiance en ce que j'écris. J'ai plutôt tendance à tout mettre à la poubelle à la moindre hésitation. Mais à la sortie des représentations, j'ai vu quantité de gens bouleversés voire en pleurs. »

En effet, impossible de sortir indemne de cette pièce unique, parfois drôle, mais qui sonne toujours juste. Après avoir fait un carton à Paris en début d'année, la troupe part à la conquête des grandes et petites salles de province. « C'est un acte artistique de promouvoir la culture mais c'est aussi militant. On monte et démonte les décors comme les gens du cirque. Sauf que nous, on le fait dans les salles des fêtes des villes qui n'ont pas d'autres endroits. » Adepte du théâtre participatif, Sara Veyron travaille en partenariat avec des associations locales qui ont organisé des débats après les représentations. Ce mois-ci, la troupe prend ses quartiers d'été à Avignon, au théâtre des Lucioles. Si par le sérieux de son sujet, la pièce peut sembler détonner, il ne faut cependant pas hésiter à y aller. Le texte laisse une empreinte profonde dans le coeur du public. On en sort bouleversé espérant que jamais la fiction ne rejoigne la réalité.

Juliette CELLO
www.ruedutheatre.info

Spectacle vue par notre correspondante parisienne Julie BOUCHER début 2007.

Une pièce de Georges de Cagliari
Avec Sylvia Bruyant, Rebecca Bonnet, Delry Guyon et Jean de Coninck.
Mise en scène par Sara Veyron
Lumières : Jacques Rouveyrollis

Du 6 au 28 juillet au Théâtre des Lucioles, 10 rue des remparts à Avignon.
Représentations à 14h40. Rens. : 06 62 36 69 00.

Photo © DR

Partager cet article

Repost 0
Published by Juliette Cello - dans Festival Off 2007
commenter cet article

commentaires

Ed 18/07/2007 09:14

Je reviens d'Avignon et voulais juste partager deux coups de coeur pour des spectacles dont vous ne parlez pas (encore...) : "Les aventures du Baron de Munchausen" (extraordinaires décors et jeux des comédiens) et "Pourquoi j'ai mangé mon père" (un solo qui bouge et fait le plein). Je regrette en revanche la bonne critique que vous avez faite de la pièce "Fin de terre" : malgré un bon thème, ni l'écriture trop prévisible ni les comédiens ne sont convainquants.
Merci pour votre site et bon festival à chacun !

Chronique Fraîche