Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

10 juillet 2007 2 10 /07 /juillet /2007 17:47
CIRQUE EN LOCUTIONS

Vincent Roca nous promet une heure de gaîté et nous offre un petit joyau, qu’en orfèvre du verbe, il taille finement. Entre rires, chansons et lumières. Gai. Et touchant.

On connait Roca pour la maestria avec laquelle il manie le verbe. Jeux de mots, métonymies, litotes et autres finesses de la langue françaises sont chez lui comme une deuxième peau. Comme si une surprenante mutation génétique avait prédestiné le bonhomme à la réussite verbale. Et cette heure de gaité qu’il nous promet, s’avère être une heure de délice auditif et visuel qu’il serait bien dommage de rater.
 
D’autant qu’il s’est adjoint le talent de Pierre-Marie Braye-Weppe qui, du bout de son violon, lui donne la réplique. Soulignant un mot, accompagnant un air (car Roca le faiseur de mots se révèle aussi pousseur de chansonnette…), boudant un sketch, le musicien rythme le spectacle et contribue à sa dynamique. Et c’est un pur délice que de se laisser embarquer dans la douceur nostalgique d’un voyage en enfance, de succomber à la volupté du mot dans la description de Michel le pépiniériste, ou de s’émouvoir de l’esthétique aussi bien verbale que visuelle d’un jonglage de mots.

Et même si l’on peut être un peu plus réservé sur les malheurs de l’hermaphrodite escargot, le rire est prégnant tout au long du spectacle. Les lancers de mots, les méandres textuels des fratries recomposées et la géniale description du syndrome de Münchhausen par procuration sont à coup sûr jubilatoires. Les lumières, sobres et efficaces, donnent profondeur et relief aux univers qui se succèdent. La mise en scène s’efface pour laisser place au jeu.

Et l’ensemble est drôle, infiniment. Le mot trouve ici ses lettres de noblesses, le rire son éclat. Et la gaité, son heure de gloire.

Karine PROST
www.ruedutheatre.info

Lire aussi la critique de Stephen Bunard.

Vincent Roca, Une heure de gaîté au Chêne Noir.
Théâtre du Chêne Noir, Tous les jours à 12h15
Avec : Vincent Roca et Pierre-Marie Braye-Weppe
Mise en scène : Michel Guigon
Lumières : Anne Coudret 

Crédit photo : Jean Tholance

Partager cet article

Repost 0
Published by Karine Prost - dans Festival Off 2007
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche