Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

6 juillet 2007 5 06 /07 /juillet /2007 18:23
ORANGE A-MÈRE…

Comme le petit goût acide et sucré qui reste en bouche après avoir mangé une orange, ce spectacle oscille entre aigre et doux. Entre triste et tendre. Comme un pierrot lunaire qui hésiterait à sourire. Beau, drôle. Et émouvant.


Il est seul sur scène, et pourtant, ils sont légion à s’y croiser. Il y a là Simon. L’anti-héros de cette épopée douce-amère. Trente-cinq ans, comédien. Taciturne, stressé et malchanceux. Il y aussi Marcel, Jean-Charles-Dassault dit J-C-D, ses copains de toujours. Maria, le secret amour de ses dix ans. Il y a aussi son père, sa mère, son psy, un metteur en scène mégalo. Et même Cyrano. Une galerie de personnages hauts en couleur qu’il dresse avec tendresse et humour.
Sans doute, le spectacle est un peu long à se mettre en place. Les dix premières minutes sont même plutôt déconcertantes. A se demander où va ce grand bonhomme, clown triste sans nez rouge ni maquillage. Mais sa poésie a vite raison de nos réticences. Et on se laisse glisser dans son univers onirique où le rire, la dérision et la douceur mènent la danse. On se laisse envahir par cette bouffée de fraîcheur, un peu surannée, de tendresse triste et douce. Et pourtant drôle.

Ivan Challey tisse une toile à nulle autre pareille. Un monde dans lequel il est l’incontestable chef d’orchestre. Un chef d’orchestre qui maîtrise sa partition. Ou plutôt un homme orchestre qui peaufine ses tours de chants comme ses ronds de jambe : avec minutie et talent. Sans compter ses atouts de comédiens. Challey joue sublimement les maladroits, les empruntés, les amoureux timides. Il ravive en nous cette part d’enfance, plus ou moins enfouie, qui ne demande qu’à rire et s’émerveiller. Il dresse pour nous le portrait de tous ces Cyrano contemporains. Les timides, les déçus, les qui-n’osent-pas. Et il leur offre les ailes du possible. Sur scène. Et dans la vie. Difficile de ne pas sortir conquis de ce spectacle. L’âme un peu plus légère, le sourire flottant sur les lèvres. Et l’envie de revoir sur scène ce grand artiste. Très bientôt.

Karine PROST
www.ruedutheatre.info

Spectacle vu à Avignon Off 2006

Le Goût de l’orange, de et avec Ivan Challey
Chorégraphies de Dagmar et Tatiana Bozovic

A l’Alibi Théâtre, 27 rue des Teinturiers, jusqu’au 29 juillet à 11 heures
Réservations au 04.90.86.11.33

Partager cet article

Repost 0
Published by Karine Prost - dans Festival Off 2007
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche