Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

12 juillet 2007 4 12 /07 /juillet /2007 11:49
LE CIRQUE NOSTALGIQUE DE MONSIEUR VERBAL

À force de s’entendre répéter qu’il jongle avec les mots, il fallait bien qu’un jour Vincent Roca fit son cirque ; endossant tous les rôles qui vont lui permettre de filer la métaphore pour mieux nous ébaubir. Entrée de l’artiste…

Quand on aime les mots dans une société qui les blesse quotidiennement, Vincent Roca fait un bien fou. N’est-il pas d’ailleurs « fou du roi » dans l’émission de Stéphane Bern sur France Inter… Pendant 1h20 où les spectateurs en prennent autant dans les oreillettes que dans les mirettes, le Houdini des mots va contorsionner les fils de notre belle langue et nous électrolocuter chaque seconde. Mais tout cela n’est pas servi pour le seul exercice de style. A travers les mots, Roca évoque les maux et les interrogations existentiels : l’enfance, la mort, ce qui nous meut et nous émeut.
 
L’artiste multi facettes est accompagné de Pierre-Marie Braye-Weppe au violon et à la guitare, lequel n’est nullement cantonné à jouer les futilités musicales. Au contraire, sa présence mutine et candide constitue en soi une réplique tantôt poétique, tantôt insolente, aux numéros de Roca.

Sous le chapiteau des délices verbaux, une mention spéciale est à décerner pour quelques saynètes : Mozart qu’on assassine connaîtra un autre sort, l’histoire de Michel le pépiniériste charme par dessus tout, la bataille expressive livrée contre l’éléphant dans un magasin de porcelaine vaut son pesant de l’animal du même poids, et dans la rubrique nécrologique des personnalités, on n’aurait pas imaginé Roca aller occis loin.

Pour ceux qui ne peuvent s’empêcher de comparer, on trouvera chez Roca, l’esprit de Devos, le charme de Lapointe, le souffle de Bourdieu et surtout, la patte Roca, un peu de sa vie, de ses craintes, de ses espoirs, de nostalgie et d’autodérision, un style qui les embrasse tous.

Thaumaturge de l’alphabet, désaxé de la syntaxe, amant de la sémantique, phénomène du phonème, maestro des mots, méga fort de la métaphore, pointilleux de l’à-peu-près, virtuose de la prose, sonné de l’assonance, boulimique de l’hyperbole, alcoolique de la rhétorique, Vincent Roca est à lui seul une figure - de style.

Stephen BUNARD
www.ruedutheatre.info

Lire aussi la critique de Karine Prost.

Vincent Roca, Une heure de gaîté au Chêne Noir.
Théâtre du Chêne Noir, Tous les jours à 12h15
Avec : Vincent Roca et Pierre-Marie Braye-Weppe
Mise en scène : Michel Guigon
Lumières : Anne Coudret 

Visiter le site Web de Vincent Roca.

Crédit photo : Jean Tholance

Partager cet article

Repost 0
Published by Stephen Bunard - dans Festival Off 2007
commenter cet article

commentaires

Phil 30/10/2007 12:01

J'ai été estomaqué en entendant pour la première fois le sieur Roca, le 29 octobre 2007. Estomaqué et même – avouons-le - un peu envieux pour ne pas dire jaloux. Car, drôle de zozo moi zossi, je suis un magicien des mots mais pas de notoriété publique. Voilà longtemps que j'attendais sans trop y croire un déjanté desprogien.Si quelqu'un a son texte sur les voleurs ( je crois bien) passé au "fou du roi" le 29 octobre, qu'il me l'envoie à l'adresse :philreve1@yahoo.fr.Merci.Phil

Pedrolinho 10/10/2007 14:07

Ca fait du bien de lire cela quan d on est Roca-mateur.

Chronique Fraîche