Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

14 juillet 2007 6 14 /07 /juillet /2007 09:34
En exclusivité pour RUEDUTHEATRE et pendant tout le Festival d'Avignon 2007, l'humoriste, comédien et auteur lyonnais Pascal Coulan nous raconte, vu des coulisses, le quotidien d'une troupe qui découvre pour la première fois les joies et les affres de la vie avignonnaise.


A+8 : samedi 14 juillet

C’est la fête aujourd’hui 14 Juillet : LE week end à ne pas rater. Hélas, un week end sans pont. Pourtant à Avignon, c’est pas les ponts qui manquent. En tout cas, depuis hier soir, vendredi 13, les rues grouillent. Alors, même fatigués, même déçus, même effrayés par les insectes qui pullulent au dessus du marécage de la piscine, les MISÉREUX mettent les bouchées sextuples.

14 juillet : le festival commence vraiment. C’est la fête ! Le feux d’artifice de la com’ made in Avignon. Sur les tables des terrasses bondées, les tracts s’amoncellent, des bandes chantent « la rue des martyrs », d’autres se tordent avec leur masque, s’époumonent avec leur trompette, se convulsionnent dans leur déguisement, s’ébrouent dans leur sueur à la recherche du seul profit du chaland qui passe et qui prendra une place.

Dans son costume aux senteurs de pressing, Patrick passe un bras autour de Floriane, jeune comédienne picarde. Il philosophe. « A Paris ou Aurillac, on se ferait payer pour parader, ici, on fait la queue pour le faire gratuitement. Omar ? » Omar interrompt son baiser avec la copine de Floriane et enchaîne : « Loi du marché. Le OFF, c’est Bolkenstein puissance dix ! » « Et dire que tous ces intermittents votent à gauche. ! » « Ah les cons ! » Voilà ce que Gérard murmure à l’oreille d’Annick, pensant que son sens des affaires la charmera. On peut dire ce qu’on veut d’Annick, mais elle sait à quel monde elle appartient. « Gégé, mon Gégé, si tu veux ne serait-ce que l’ombre d’un résidu de baiser sur la joue, remue-toi les fesses et installe la clim’. On n’en peut plus de ta salle aux relents tropicaux... ».

Joël, des Tréteaux de l’âme, se fait encore houspiller par le créneau de 16h30, une compagnie de Lisieux qui s’est lancée dans une version comique de Sartre. Pas facile. « Tu commences à nous emmerder toi ! Tes tréteaux tu vas te les prendre version cache-col si tu continues comme ça ». Joël se rebiffe, « C’est vous qui m’emmerdez, le Théâtre c’est autre chose que des singeries aux terrasses, du travesti d’art, le Théâtre, ça ne se vend pas, ça se donne ! » Et, drapé dans ses convictions, il casse un élément de décor. Les Normands l’encerclent. Le feu d’artifice commence ! Au propre comme au défiguré. Il y a du monde partout, à tous les spectacles. A croire que le public s’est multiplié dans la nuit.

A 22 heures les rouges et les bleus explosent dans le ciel. Tout le monde est au bras de quelqu’un ! Les flonflons triomphent. Même Catherine a droit aux faveurs de JP qui aime les fêtes populaires. Marie-Claude éteint les feux du visage violacé de Joël « Tu sais, y’a pas que toi qui fait du théâtre ! » « Le théât’ ne che fait pas, il che donne ! » articule difficilement Joël. Peut être a-t-il raison ! Mais en cette soirée de liesse où tous les gens s’embrassent, tous les Gérard loueurs de garages reconvertis en théâtres à dix créneaux attendent le solde de leur location ! «Qu’on leur coupe la tête » hurle Annick en glissant sur un crapaud qui bondit de la piscine nauséabonde...

Suivez les aventures de la troupe "à" Avignon au jour le jour...

Et retrouvez tous les jours Pascal Coulan dans son nouveau spectacle "Plein le culte !" à la Tache d'encre à 19h.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Chronique Fraîche